En Suisse

01 février 2019 09:58; Act: 01.02.2019 13:40 Print

Adultère entre les cages des orangs-​​outans du zoo

Mais qui est le père de la petite Padma? Grâce à un test génétique, le doute a été levé. La mère a fauté avec un autre mâle à travers les barreaux de la cage!

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Quelque temps après la venue au monde, en août dernier au zoo de Bâle, en Suisse près de la frontière avec l'Alsace, de la petite Padma, les soigneurs ont eu des doutes sur l'identité du papa. Normalement, ce devait être Budi, le compagnon de Maja. Car dans le parc, le trio masculin est réparti en trois groupes familiaux séparés, comprenant chacun une femelle et un jeune.

Pour lever l'incertitude, les animaux ont été soumis à un test génétique. Comme dans la série «Les experts», des spécialistes ont prélevé des échantillons de salive avec un coton-tige spécial. Ils les ont envoyés pour analyse au laboratoire de génétique forensique de l'Institut de médecine légale de l'Uni de Bâle. Le laboratoire a ainsi utilisé la méthode employée chez les humains pour déterminer les correspondances.

Le «mâle joufflu» est le père

Et le verdict est tombé. Budi, le compagnon de Maja, n'est pas le père! La maman a fauté avec Vendel, le «mâle joufflu» du zoo de Bâle – autrement dit l'orang-outan dominant du trio masculin, reconnaissable à ses joues proéminentes. Et comme les cages se jouxtent, c'est à travers les grilles séparant les groupes que les deux ont pu s'accoupler...

Il était important de procéder à ces tests afin d'éviter la consanguinité des bêtes pour permettre un programme de conservation des espèces. Le zoo doit s'assurer que les orangs-outans qui s'accouplent sont aussi peu apparentés que possible les uns aux autres.

(L'essentiel/jbm)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • triste monde le 01.02.2019 10:43 Report dénoncer ce commentaire

    Par chance qu'il y a l'explication en fin d'article sinon je me serais demandé si il leur manquait pas une case

  • Carina le 01.02.2019 22:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est trop mignon le bébé!

  • Hein le 01.02.2019 10:21 Report dénoncer ce commentaire

    Comment le père l'a-t-il pris? Demande-t-il le divorce?

Les derniers commentaires

  • Carina le 01.02.2019 22:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est trop mignon le bébé!

  • Norm Bates le 01.02.2019 10:55 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une bonne chose que de lutter contre la consanguinité, c'est un fléau aussi bien pour la Suisse que pour le GdL.

    • Jill le 01.02.2019 13:37 Report dénoncer ce commentaire

      La consanguinité a presque totalement disparu en Suisse, sauf peut-être dans quelques valées reculées des cantons du nord-est. Dans d'autres pays, en revanche, elle n'est que la triste conséquence de décénies de repli sur soi et de communautarisme.

  • virinoh le 01.02.2019 10:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et quoi, si jamais le lien sanguin est trop proche ils tuent le bébé ?

    • June le 01.02.2019 13:39 Report dénoncer ce commentaire

      On ne recourt à l'euthanasie qu'en cas de maladie sérieuse. Dans le cas présent, le bébé va seulement être stérilisé.

  • triste monde le 01.02.2019 10:43 Report dénoncer ce commentaire

    Par chance qu'il y a l'explication en fin d'article sinon je me serais demandé si il leur manquait pas une case

  • Hein le 01.02.2019 10:21 Report dénoncer ce commentaire

    Comment le père l'a-t-il pris? Demande-t-il le divorce?