En Suisse

24 octobre 2021 19:37; Act: 24.10.2021 19:44 Print

Après le tollé, la «soirée meules» a été un succès

Après la polémique autour de «l’entrée gratuite aux poitrines proéminentes», une soirée en Suisse a enregistré un record de fréquentation, samedi.

Sur ce sujet
Une faute?

La fête a battu son plein, samedi à la grande salle de Molondin, en Suisse. La «soirée meules» a été un franc succès. Après la polémique autour de «l’entrée gratuite pour les poitrines proéminentes», la Jeunesse de Molondin-Donneloye a revu cette restriction, tout en gardant le thème de sa fête, qui, vous l’avez compris, n’avait rien à voir avec la raclette. Le tollé connu sur les réseaux en fin de semaine ne semble pas avoir freiné les adeptes. Au contraire: les fêtards sont venus en masse.

«Nous avons accueilli au total près de 1 000 personnes entre 21h et 4h du matin, c’est un record!» déclare la présidente de la Jeunesse de Molondin-Donneloye, Nelly Pittet, 23 ans. Secrétaire de la société, Yaël Gavillet, 19 ans, se souvient que l’année qui a précédé le Covid, la fête avait rassemblé «300 personnes max».

Traverser la barrière de rösti

Deux heures après le début de la fête, le cap des 500 visiteurs avait déjà été atteint. Les organisateurs ont pu compter sur l’aide des sociétés alentours pour le ravitaillement. «Certaines boissons se sont écoulées très vite, explique Nelly. Un ami m’a dit qu’il n’avait jamais vu cette salle aussi remplie», lâche celle qui a peu dormi cette nuit.

Plus tôt dans la soirée, des Genevois avaient appelé le comité pour leur demander «si un transport en navette était organisé». «Il y a eu des Suisses alémaniques. On a même vu une plaque française!» en rajoute Yaël. Les deux jeunes, qui rappellent que le concept avait été initié il y a huit ans par une femme, veulent faire bon usage du bénéfice récolté. «On en a discuté avec le comité, on s’est dit qu’en ce mois d’octobre rose, ça ferait un joli clin d’œil de soutenir le cancer du sein grâce à la soirée meules», confie Nelly.

Cette dernière ne connaît toutefois pas encore la somme exacte qui sera reversée: «Il faut qu’on fasse les comptes et on avisera ensuite.»

(L'essentiel/Lauren von Beust)