Aux États-Unis

05 août 2020 14:43; Act: 05.08.2020 15:25 Print

Arrêtée sur la plage parce qu'elle porte un bikini string

En se baladant les fesses à l'air sur la plage de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, Sam Panda, acrobate professionnelle, ne s'attendait pas à devoir rendre des comptes à la police.

Sur ce sujet
Une faute?

Ce week-end, alors qu'elle prenait du bon temps sur une plage de la Caroline du Sud, Sam a été menottée et arrêtée par deux officiers de police, suite à une plainte concernant le bikini string que portait la jeune femme.

La police a rappelé à Sam les règles de Myrtle Beach, où, selon le code municipal de la ville, «l’exposition publique de certaines parties anatomiques est illégale». Ces «parties anatomiques» comprennent les fesses, et exclut donc le port du string. Cependant, la loi n'exige pas l'arrestation de quiconque ayant enfreint cette réglementation. La jeune femme, visiblement choquée par ce qui s'est passé, aurait dû recevoir une simple contravention.

Devenue virale, la scène a aussitôt suscité l'indignation des internautes sur les réseaux sociaux: «De retour dans les années 50! Je suis plus choqué d'observer que les officiers ne portent pas de masque que par les fesses de cette femme», s'exclame l'un d'entre eux. D'autres ont plaisanté sur les motivations de celle qui a porté plainte: «J'en connais une qui a appelé la police parce qu'elle n'appréciait pas que son mari regarde les fesses d'une autre femme». Après une longue discussion avec les policiers, l’acrobate a été libérée sans être inculpée.

(sl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Roger le 05.08.2020 14:55 Report dénoncer ce commentaire

    Jalousie feminine... un mec n'aurait jamais appelle la police pour ca :-)

  • olivertwist le 05.08.2020 16:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les armes: autorisées. Les strings: défendus car trop dangereux. Il est pathétique ce pays

  • pfff le 05.08.2020 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Pfff ils ont rien de plus grave à faire que ça? Mais que fait la police!

Les derniers commentaires

  • Artémis le 06.08.2020 12:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elles ont bien raison ces filles. En plus elles sont belles !

  • Rifki le 06.08.2020 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Et comme toujours on ne voit QUE l'arrestation et pas la prise de contact de la Police avec la personne. S'il existe un règlement de la ville (même ridicule à nos yeux) qui interdit le string et que la Police dit: "Madame veuillez respecter le règlement de la ville et couvrez-vous" et que la personne s'exécute en disant; "Pardon, je savais pas, je le fait de suite". Pensez-vous que les menottes auraient été sorties ? Honnêtement.

    • @Rifki le 06.08.2020 11:45 Report dénoncer ce commentaire

      Ouais, c'est pas faux! Mais c'est choquant tout de même...

  • ras-le-bol le 06.08.2020 07:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pathétique

  • Jean II le 05.08.2020 21:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est plus excitant d'arrêter une femme en bikini qu'un gros dealer ...

  • Alfa le 05.08.2020 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N importe quoi je vois pas la différence en plus avec l autre dame en bikini, qu ils passe leur temps plutôt à poursuivre les délinquants sur les route