À Osaka

27 juin 2019 08:26; Act: 27.06.2019 11:34 Print

Bordels fermés et mamies rappeuses, le G20 arrive

La ville d'Osaka, qui se prépare à accueillir les principaux dirigeants mondiaux à l'occasion du sommet du G20, doit prendre des mesures spéciales.

storybild

Osaka s'apprête à accueillir le sommet du G20. (photo: AFP/Laurent Fievet)

Sur ce sujet
Une faute?

Une première depuis des funérailles impériales en 1989: les maisons de passe d'Osaka resteront closes pendant le sommet du G20, pour lequel la deuxième ville du Japon déploie une sécurité maximale, et des charmes incongrus. Les chefs d'État et de gouvernement du monde entier trouveront ainsi dans la cité portuaire les toilettes à jets intégrés et siège chauffant qui font la gloire de l'archipel nippon.

Pour l'occasion, les célèbres WC japonais seront de plus équipés de chasses d'eau dernier cri à remplissage accéléré - 20 secondes au lieu d'une minute. Une manière d'économiser de l'eau, à l'heure des préoccupations environnementales, et le temps précieux des grands de ce monde, aux prises avec un climat international ultra-tendu. Occupés vendredi et samedi par les conflits commerciaux et la crise iranienne, les Trump, Xi, Merkel, Poutine et Macron n'auront guère le temps de humer l'air bien particulier de la festive Osaka, dont les habitants se targuent d'un franc parler et d'un sens comique, rares au Japon.

Le rap des grands-mères

Pas sûr non plus qu'ils puissent goûter une cuisine réputée dans tout l'archipel. Par exemple les beignets au poulpe (takoyaki) - que les petits restaurants d'Osaka déclinent pour l'occasion avec des garnitures typiques des pays du G20, caviar russe ou sauce barbecue américaine. Il restera aux leaders à écouter le surprenant rap enregistré en leur honneur par des célébrités locales, les «Obachaaan» (grands-mèèères, en japonais). Ces joviales sexagénaires et septuagénaires y vantent, imprimé panthère et chorégraphie loufoque à l'appui, les attraits de leur ville.

Pas question en revanche pour Osaka de plaisanter avec la sécurité. Comme c'est l'usage désormais pour ces sommets, le G20 se tient dans un véritable camp retranché, en l'occurrence un immense centre de congrès, situé sur un îlot en périphérie de la ville.

Écoles et maisons de passe fermées

Si le Japon, pays réputé très sûr, a été épargné par les attentats qui ont meurtri certains pays développés ces dernières années, le gouvernement n'en déploie pas moins un dispositif conséquent: 32 000 policiers, et 60 navires de garde-côtes. Même si les autorités ne prévoient guère de grandes manifestations anticapitalistes à Osaka, certaines routes sont bloquées et quelque 700 écoles resteront fermées jeudi et vendredi, tandis que les consignes à bagages sont condamnées dans les stations de métro et les gares environnantes.

Plus surprenant: quelque 160 maisons closes du quartier chaud d'Osaka seront vraiment... closes, non à la demande des autorités, mais à l'initiative des tenanciers. C'est la première fois depuis les funérailles de l'empereur Hirohito en 1989 que les «restaurants» du quartier de Tobita-Shinchi - ainsi que se présentent officiellement ces établissements, la prostitution étant illégale au Japon depuis 1958 - ferment ainsi leurs portes.

«Nous voulions apporter notre soutien au G20 à notre manière», confie à l'AFP le chef de l'association de quartier, en demandant à ne pas être nommé. Et d'expliquer que pour la bonne marche des affaires à long terme, Osaka a tout intérêt à faire bonne et vertueuse figure, elle qui accueillera l'Exposition universelle de 2025, et qui voudrait ouvrir un grand casino international. «Cela ne nous apportera peut-être pas de bénéfice direct. Mais si c'est bon pour Osaka en général, cela nous sera bénéfique d'une manière ou d'une autre. J'en suis sûr», espère-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.