Grèce

13 août 2018 22:01; Act: 14.08.2018 09:34 Print

Caresseur de chats professionnel recherché

Une association a publié une offre d'emploi pour un job de rêve. S'occuper de 55 chattes et chats sur une île paradisiaque.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Six mois tous frais payés, logement de fonction avec jardin, à s'occuper des cinquante-cinq chattes et chats de l'île de Syros, en pleine mer Egée. L'offre d'emploi publiée sur le compte Facebook du «God's Little People Cat Rescue» ressemble à un gag et pourtant elle ne l'est pas.

L'association recherche «un amoureux des félins, passionné, qui sache comment gérer de si nombreux minous et qui aime leur compagnie». Richard Bowell, le propriétaire, cherche une personne qui puisse s'occuper des animaux pendant son absence, peut-on lire sur l'annonce. Il faudra les surveiller, leur donner à manger et les soigner. L'employé parfait devrait être âgé d'au moins 45 ans. Il devrait être honnête, responsable, avec un cœur en or et ayant déjà de l'expérience en psychologie féline. Il devra en outre avoir le permis de conduire et savoir utiliser une automobile avec boîte de vitesses manuelle.

La place est à pourvoir au 1er novembre, le salaire est d'environ 660 francs par mois et le travail dure au minimum six mois, mais une période d'adaptation, non payée, de deux à quatre semaines est prévue début octobre. Le logement est néanmoins gratuit. Les personnes intéressées peuvent envoyer leur dossier avec photos et informations pertinentes à joanbowell@yahoo.com.

«Nous faisons quelque chose de tranquille sur une île grecque, rien de plus», a expliqué Richard Bowell, 65 ans, au «Telegraph». Les Bowell, lui est Danois et elle Britannique, ont déménagé sur l'île de Syros il y a sept ans. Là, ils ont trouvé des chats jetés dans les poubelles ou encore des animaux qui n'avaient plus que la peau sur les os et ils ont commencé à en prendre soin en travaillant avec des vétérinaires locaux. Le couple a financé un projet de stérilisation, financé des opérations dentaires ou encore soigné des chatons. «Maintenant on ne voit plus de chats en détresse à Syros», s'est félicité Richard.

(L'essentiel/atk)