En Afrique du Sud

03 juin 2020 07:33; Act: 03.06.2020 11:41 Print

«Casse du siècle» pour voler 15 000 euros d'alcool

Des cambrioleurs, arrivés par des tunnels, n'ont pas hésité à percer un plancher pour piller les rayons d'alcool d'un magasin fermé lors du confinement.

storybild

Les employés ont découvert un grand trou dans le sol près d'un frigo, par lequel des suspects ont pu pénétrer à partir de tunnels souterrains. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Comme ils l'auraient fait pour vider les coffres d'une banque, des cambrioleurs sud-africains n'ont pas hésité à percer un plancher pour piller les rayons d'alcool d'un magasin fermé lors du confinement anticoronavirus, a rapporté mardi la police. Pendant neuf semaines, le gouvernement d'Afrique du Sud a interdit le commerce des bières, vins, alcools forts et autres spiritueux dans le pays, afin de limiter les violences et réduire la fréquentation des services d'urgence hospitaliers.

Les cavistes et autres rayons de vente d'alcool des supermarchés ont rouvert lundi, à la faveur d'un assouplissement des mesures de prévention contre la pandémie de Covid-19. Les employés d'une grande surface du district de Newton, à Johannesburg, ont découvert vendredi dernier qu'une équipe de monte-en-l'air n'avait pas eu la patience d'attendre la réouverture de leur enseigne pour se ravitailler.

Des centaines de bouteilles

«Ils ont découvert un grand trou dans le sol près d'un frigo, par lequel des suspects ont pu pénétrer à partir de tunnels souterrains», a expliqué un porte-parole de la police, Kay Makhubela, dans une déclaration. Ils «ont utilisé les conduits électriques et d'évacuation des eaux sous le centre commercial jusqu'au magasin d'alcool et percé le sol de béton pour y accéder discrètement», a précisé l'enseigne Shoprite dans un communiqué.

Leur butin, des centaines de bouteilles de whisky, gin, vodka ou bière, a été estimé à plus de 15 000 euros. Les enregistrements des caméras de sécurité du magasin ont révélé que les braqueurs y avaient fait leurs emplettes pendant plusieurs jours.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Francis le 03.06.2020 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    " sans haine ni violence " C'est du Spaggiari avec son gang des égoutiers

  • Mésrine le 03.06.2020 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il ont braqué pendant plusieurs jours et personne n'a pris le temps de faire le nécessaire avec les caméras ... Des artistes :)

Les derniers commentaires

  • Mésrine le 03.06.2020 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il ont braqué pendant plusieurs jours et personne n'a pris le temps de faire le nécessaire avec les caméras ... Des artistes :)

    • Tout simplement le 03.06.2020 18:17 Report dénoncer ce commentaire

      @ Mésrine: Il n'y avait personne pour surveiller les moniteur vu que la population était confinée. Les vidéo n'ont été visionnée que quand le déconfinement à commencé.

  • Francis le 03.06.2020 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    " sans haine ni violence " C'est du Spaggiari avec son gang des égoutiers

    • Justice le 03.06.2020 18:19 Report dénoncer ce commentaire

      @ Francis: Et toi tu les soutient ces voleurs???Soutient les policiers plutôt qui eux risque leurs vie pour te protéger de ces malfrats à éradiquer de notre société.