Polémique sur Twitter

17 octobre 2019 13:13; Act: 17.10.2019 13:38 Print

Decathlon se paie la tête du magazine «Vogue»

Sur Twitter, l’équipementier se moque de la photo d’illustration d’un article du magazine de mode consacré aux vêtements de sport. Les internautes ont vivement réagi.

storybild

La photo de «Vogue» a suscité des réactions. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Ça balance pas mal du côté de Decathlon. Mercredi, la marque française spécialisée dans le sport s’en est prise à Vogue France en retweetant un article du magazine de mode intitulé: «Voici les équipements de running qu’il vous faut pour vos prochains entraînements dans le froid». Ce sujet est accompagné d’une photo d’une mannequin en talons compensés, body échancré et coupe-vent crop top. Decathlon a commenté avec ironie: «Vous êtes sûrs?».

Une manière de dire que la rédaction de Vogue n’y connaît rien au sport et qu’elle est décalée de la réalité. Car, effectivement, personne ne court en talons et à moitié nu quand il fait froid (ni quand il fait chaud, d'ailleurs). La bombe est lâchée: plus de 41 000 likes et 11 000 retweets. Il y a d'un côté les partisans de la marque qui épuisent la blague jusqu'à la moelle, et de l'autre, les partisans de Vogue qui calment les premiers.

Comme le relèvent plusieurs internautes, le sujet parle de la marque suisse On Running. «Ce sont des vêtements chers et de qualité pour courir qui ne ressemblent pas du tout à la photo postée par "Vogue"», explique un internaute. Il faut en effet cliquer sur le lien de l’article pour découvrir qu’il s’agit d’un sujet consacré à cette marque appréciée dans le monde de la course à pied. Un autre lecteur confirme: «C’est juste une photo de couverture artistique. L’article propose d’acheter des vêtements plus classiques». En effet, il arrive souvent qu'un magazine utilise un cliché en une de son sujet qui ne colle pas forcément au contenu.

(L'essentiel/Marie-Adèle Copin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pffffffff le 17.10.2019 17:12 Report dénoncer ce commentaire

    peu importe, quand on voit les défilés, on se demande a 80% du temps qui porte ça. c'est completement inutile, si ils passaient plus de temps dans les R&D, alors la mode ne sera que benefique.

  • Sam1952 le 18.10.2019 02:45 Report dénoncer ce commentaire

    C’est un milieu déjanté ! , qui n’a pas peur du ridicule , il n’y a qu’a voir Les défilés de mode ! .

  • Pensée le 18.10.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Le mannequin ressemble à un caniche qui a été au salon de toillettage

Les derniers commentaires

  • oups le 18.10.2019 12:31 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai une bonne truffe.

  • Pensée le 18.10.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Le mannequin ressemble à un caniche qui a été au salon de toillettage

  • j-pierre le 18.10.2019 11:29 Report dénoncer ce commentaire

    Elle me fait penser à un caniche.

  • The Marechal le 18.10.2019 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    On ne devrait pas permettre ça dans une République laïque, il ne faut pas que le pays des lumières permette aux gens de s'habiller comme il le veulent

  • Le Belge le 18.10.2019 09:10 Report dénoncer ce commentaire

    C'est vrai que le sujet est brûlant. On peut commenter ce genre d'article, mais tout ce qui est politique ( ce qui se passe en Syrie par exemple) est pratiquement publié sans possibilité de commenter.Cherchez l'erreur? Je vais être censuré, je sais, mais je voulais quand même vous le faire savoir.