En Namibie

17 juin 2019 08:17; Act: 17.06.2019 10:42 Print

Des animaux à vendre à cause de la sécheresse

Buffles, girafes, éléphants et antilopes sont menacés de famine dans les parcs nationaux de Namibie. Le pays a donc décidé de les mettre en vente.

storybild

Soixante girafes feront partie des animaux mis en vente.

Sur ce sujet
Une faute?

La Namibie, qui a déclaré en mai l'état de catastrophe naturelle en raison de la sécheresse, a décidé de mettre en vente un millier d'animaux sauvages pour limiter les pertes animales et disposer de 1,1 million de dollars pour la conservation des espèces, a annoncé le ministère de l'Environnement. Le pays souffre d'une des pires sécheresses de ces dernières années. La météo locale estime que dans certaines parties du pays, il s'agit de la pire sécheresse depuis 59 à 90 ans.

«Cette année étant une année de sécheresse, le ministère aimerait vendre différents types d'animaux qui se trouvent dans des zones protégées afin de générer des fonds qui sont nécessaires pour les parcs et la gestion de la vie sauvage», a déclaré le porte-parole du ministère, Romeo Muyunda. «Les conditions de pâturage dans la plupart de nos parcs sont extrêmement mauvaises et si nous ne réduisons pas le nombre d'animaux, cela conduira à une perte d'animaux qui mourront de faim», a-t-il dit.

En avril, un rapport du ministère de l'Agriculture avait indiqué que 63 700 animaux avaient péri en 2018 en raison de la sécheresse. La Namibie a annoncé au cours de la semaine que le gouvernement allait vendre un millier d'animaux: 600 buffles, 150 springboks, 65 oryx, 60 girafes, 35 élans, 28 éléphants, 20 impalas et 16 kudus afin d'obtenir 1,1 million de dollars, destinés à la conservation des espèces. La Namibie a sollicité l'aide internationale. «Les moyens de subsistance d'une majorité de Namibiens sont menacés, notamment ceux qui dépendent des activités de l'agriculture», avait déclaré en mai la Première ministre, Saara Kuugongelwa-Amadhila.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pierre le 17.06.2019 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle tristesse, à quoi nous sommes arrivés.

  • Tyllia le 17.06.2019 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    En espérant qu'ils iront dans des réserves et non pas stockés dans des zoos ou des parcs...

  • peace le 17.06.2019 14:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parmi tous nos milliardaires philanthropes, n'y en a-t-il pas quelques uns qui pourraient se partager la facture? Pour eux, ce n'est pas énorme, 1 million de dollars...

Les derniers commentaires

  • peace le 17.06.2019 14:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parmi tous nos milliardaires philanthropes, n'y en a-t-il pas quelques uns qui pourraient se partager la facture? Pour eux, ce n'est pas énorme, 1 million de dollars...

    • Love le 17.06.2019 16:05 Report dénoncer ce commentaire

      Lance une cagnotte !

    • Luxo le 18.06.2019 12:30 Report dénoncer ce commentaire

      Pour quelle raison le feraient ils?

  • MoiMoiMoi le 17.06.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Je prends une girafe. ça donnera bien dans mon jardin!

  • Tyllia le 17.06.2019 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    En espérant qu'ils iront dans des réserves et non pas stockés dans des zoos ou des parcs...

    • Luxo le 18.06.2019 12:30 Report dénoncer ce commentaire

      Ils sont mieux logés et traités dans un zoo qu'en Sibérie!

  • Pierre le 17.06.2019 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle tristesse, à quoi nous sommes arrivés.

    • Luxo le 18.06.2019 12:32 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi tristesse? Il s'agit ni plus ni moins que d'une sécheresse, phénomène climatique naturel dans ces régions