Commerce en Italie

12 septembre 2018 10:31; Act: 12.09.2018 11:13 Print

Des bières à l'effigie d'Hitler font un carton

Plusieurs stations balnéaires italiennes voient fleurir des magasins vendant des bières ornées de photos du Führer ou de Mussolini.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

C'est un drôle de commerce qui fleurit dans les stations balnéaires du nord de l'Italie, telles que Jesolo ou Bibione, près de Venise. Plusieurs petits supermarchés proposent des bières à l'effigie d'Adolf Hitler, au plus grand dam de la plupart des touristes, relate le journal autrichien Vorarlberg. Si ces images sont strictement interdites en Allemagne ou en Autriche, elles sont en revanche parfaitement légales en Italie. Et depuis des années, on trouve régulièrement sur les étals des produits reproduisant les portraits de grands dictateurs.

Leur vente suscite à chaque fois la polémique, mais elle est en plein essor, selon le journal. En effet, derrière ces bières controversées se trouvent une boutique en ligne de la société «I Vini Nostalgici» (Vins Nostalgiques) appartenant à un vigneron italien Fabio Bogo. Son but? «Réveiller la nostalgie en chacun de nous». Et le site propose d'autres «personnages historiques», selon les termes du marchand, à savoir Mussolini, Staline ou encore Lénine. Autant de figures qui se déclinent déjà sur des bouteilles de bière, de vin, de Prosecco ou de Grappa.

D'aucun parti

Fabio Bogo se défend toutefois de faire l'apologie du nazisme ou de banaliser les dictateurs. Il dit n'appartenir à aucun parti et affirme avoir déjà vendu des bouteilles aux effigies de Marx, Staline, Lénine et Che Guevara, à une clientèle politiquement de gauche. Il propose même des produits aux couleurs du père fondateur d'Israël, David Ben Gourion, encadrées par une étoile juive. Ou encore des bouteilles de vin ornées des portraits de l'empereur François-Joseph et de Sissi aux amateurs de monarchie.

Les différentes étiquettes sont devenues des objets cultes pour de nombreux collectionneurs, raconte le journal autrichien. «Je ne suis pas nostalgique, je pense juste qu'on ne peut pas oublier le passé. Il y des personnalités controversées dans tous les camps politiques à tout moment», a expliqué Fabio Bogo. Il ne craint pas les problèmes avec les autorités. «Vous ne pouvez pas me blâmer pour quoi que ce soit, je n'utilise que des photos que l'on peut voir dans tous les livres d'histoire. La loi italienne autorise la diffusion d'images datant des périodes fasciste et nazie».

(L'essentiel/cht)