Festival en Belgique

18 mai 2019 21:28; Act: 18.05.2019 21:31 Print

Des centaines de fans du «mulet» ont défié la mode

Des centaines de fans du «mulet» ont participé samedi en Belgique à un festival dédié à cette coupe de cheveux symbolique des années 1980.

storybild

Des participants au festival de la coupe «mulet», à Boussu (Belgique). (photo: AFP/John Thys)

Sur ce sujet
Une faute?

Nostalgiques des années 1980 ou amateurs d'autodérision contents de défier la mode: des centaines de fans du «mulet» ont participé samedi en Belgique à un festival dédié à cette coupe de cheveux associant tempes dégagées et longueur dans la nuque. Pour certains, elle rappelle le rockeur Rod Stewart, pour d'autres MacGyver, le héros de la série télévisée éponyme. Le principe est surtout de laisser libre cours à «la dewanne», le délire ou la déconne en patois du Borinage, un coin de la campagne wallonne digne du «far-west belge», selon Damien Hubert, l'un des organisateurs.

C'est sur un terrain de la brasserie artisanale dont il est cofondateur, à Boussu, non loin de Mons, que se tenait le festival à l'humour «15e degré» complètement assumé. Avec ses stands de coiffeurs accueillant les courageux prêts à franchir le pas. «Cette coupe c'est un état d'esprit, une déclaration d'indépendance (...) la charge symbolique c'est vraiment une affirmation de soi», a expliqué à l'AFP Damien Hubert, soulignant que l'idée du festival était venue d'un groupe d'amis musiciens ayant décidé de se «tailler le mulet» pour un clip. «Pour être très franc, je ne suis pas sûr qu'il y ait beaucoup de gens qui aient jamais trouvé ça très très joli. On est clair là-dessus», a-t-il fait remarquer.

Les organisateurs ont revendiqué quelque 1 500 participants pour ce qui était «une première en Europe». En 2018, un festival similaire avait été organisé en Australie. Beaucoup de visiteurs à Boussu étaient des trentenaires ou quadragénaires nourris aux séries télé, concerts ou matchs de football des années 1980-90, époque phare de la coupe mulet. «Quand j'étais petite, j'étais amoureuse de MacGyver, là je retourne en enfance», a plaisanté Marie Vandeville, 31 ans, entre les mains du coiffeur. Mais l'expérience du mulet ne va durer que quelques jours, assure-t-elle, «après on ré-égalisera».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • aie aie le 20.05.2019 09:17 Report dénoncer ce commentaire

    parfois il ne faut pas se prendre au serieux, la mode etait peu etre horrible mais quand on voit les jeunes de maintenant passer 2h dans la sdb ou aller chez le coiffeur toute les 2 semaine pour faire leur degradé avec le pentallon ultra slim... dur realité

  • Le Suisse le 20.05.2019 08:50 Report dénoncer ce commentaire

    Mais qu'ils sont beaux...le sac banane ajoute une touche chic à l'ensemble réussi jogging-marcel...

Les derniers commentaires

  • aie aie le 20.05.2019 09:17 Report dénoncer ce commentaire

    parfois il ne faut pas se prendre au serieux, la mode etait peu etre horrible mais quand on voit les jeunes de maintenant passer 2h dans la sdb ou aller chez le coiffeur toute les 2 semaine pour faire leur degradé avec le pentallon ultra slim... dur realité

  • Le Suisse le 20.05.2019 08:50 Report dénoncer ce commentaire

    Mais qu'ils sont beaux...le sac banane ajoute une touche chic à l'ensemble réussi jogging-marcel...