Au Mexique

06 décembre 2018 08:12; Act: 06.12.2018 09:40 Print

Des femmes «sextotent» en toute sécurité

Un groupe de défense des droits des femmes apprend aux femmes à pimenter leurs relations en partageant des selfies coquins, sans prendre de risques.

storybild

Dans un monde désormais hyperconnecté, le sexe et la technologie peuvent constituer un mélange dangereux.

Sur ce sujet
Une faute?

Heureuse dans son couple et mère de deux grands enfants, Marytrini Aguilar ne correspond pas vraiment à l'image qu'on se fait d'une experte en «sexting». Cette Mexicaine de 43 ans a pourtant récemment rejoint un atelier dédié à cette pratique et parrainé par le gouvernement mexicain. La quadragénaire se dit fière d'appartenir à un petit groupe de femmes qui explorent leur sexualité et pimentent leurs relations en partageant des selfies coquins pris avec leur téléphone. Gratuit, l'atelier intitulé «Je sextote, et toi?» est organisé par un groupe de défense des droits des femmes baptisé Luchadoras (Les lutteuses). En le soutenant, les autorités veulent encourager les femmes à considérer le sexting comme une forme de liberté d'expression et de libération sexuelle, mais les aider aussi à prendre conscience des dangers de cette pratique.

«Le sexting me donne la liberté d'exprimer ma sensualité, explique Marytrini Aguilar, cheveux bruns et tatouages sur le bras et le buste. «Il flatte ma vanité et me rassure. Je suis contente de faire plaisir à la personne à qui j'envoie la photo, dit-elle. Je pense que mes amies le font aussi, mais elles ne l'avoueront jamais», explique cette femme d'affaires, qui aime sextoter avec son mari. Elle dit que l'atelier - enseigné en trois sessions de quatre heures - lui a permis de se sentir plus à l'aise. Une session est notamment consacrée à aider les femmes à avoir une meilleure connaissance de leur corps. «Nous avons appris que nous sommes toutes pareilles, que nous pouvons continuer à explorer notre sexualité et notre sensualité, et que chacune d'entre nous peut être sensuelle», explique la quadragénaire.

«Revenge porn»

Mais dans un monde désormais hyperconnecté, le sexe et la technologie peuvent constituer un mélange dangereux, en particulier pour les femmes. Le «revenge porn», qui consiste à publier des photos compromettantes d'anciens partenaires, s'est développé au point que 40 États américains l'ont interdit, ainsi que des pays comme la Grande-Bretagne ou le Japon. Au Mexique, un pays possédant une longue histoire de machisme avec des niveaux alarmants de violence à l'égard des femmes, huit États l'ont également prohibé. Des pirates ont cependant développé une activité consistant à voler des photographies intimes sur le portable de leurs victimes. Lulu Barrera, fondatrice de Luchadoras qui dirige l'atelier, rappelle que cette pratique est très répandue dans tout le pays, «d'une manière massive et organisée».

Mais au sein de la société et dans la loi, «cette idée selon laquelle les femmes qui sextotent doivent faire attention, ne pas s'exprimer sexuellement» revient à «en faire des coupables et les victimiser à nouveau», juge-t-elle. Gisela Rubio, une autre participante à cet atelier, a commencé le sexting à 17 ans. «C'est magnifique car tout le monde peut le faire, il n'y a aucun risque de grossesse ou de maladies sexuellement transmissibles. Vous amplifiez votre plaisir et vos horizons sexuels», dit-elle. Cette étudiante en psychologie de 22 ans rédige une thèse sur la pratique chez les lycéens. Selon elle, ce sont presque toujours les filles qui sont victimes d'un sexting qui tourne mal. «Au lieu de dire "Ne fais pas de sexting" car tu vas finir par te suicider ou être renvoyé du lycée, on devrait plutôt élaborer des politiques de sensibilisation et permettre aux gens de le faire en toute sécurité», plaide cette étudiante.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • miss 57 le 06.12.2018 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c est lamentable....

  • Robin Hood le 06.12.2018 13:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est vraiment ridicule...

  • un peu de respect le 06.12.2018 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    Dans un pays ravagé par le crime et particulièrement la drogue et les enlèvements... faut vraiment rien avoir dans la tête pour s'amuser à ce genre de chose. et puis y en a marre de cette exposition de la sexualité à tout va. Faite ce que vous voulez mais arrêtez de l'exposer en public comme un trophée.

Les derniers commentaires

  • Sandro le 06.12.2018 18:18 Report dénoncer ce commentaire

    S'il leur faut cela .............. aujourd'hui, des adultes se comportent comme des adolescents de 15 ans. Ridicule.

  • Robin Hood le 06.12.2018 13:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est vraiment ridicule...

  • miss 57 le 06.12.2018 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c est lamentable....

  • un peu de respect le 06.12.2018 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    Dans un pays ravagé par le crime et particulièrement la drogue et les enlèvements... faut vraiment rien avoir dans la tête pour s'amuser à ce genre de chose. et puis y en a marre de cette exposition de la sexualité à tout va. Faite ce que vous voulez mais arrêtez de l'exposer en public comme un trophée.

    • open you rmind le 06.12.2018 14:45 Report dénoncer ce commentaire

      Je trouve notre société de plus en plus puritaine ( un peu à l'américaine)... alors que les années 1980-1990 voyaient fleurir paire de seins et paire de fesses dans toutes les pubs de savons, yahourt et j'en passe. Pourtant personne s'en offusquait... Au jour d'aujourd'hui tout dérange les petits esprits frustrés ! On est tous pareils, je vois pas où se situe le soucis ! Alors faut se décoincer de temps en temps, vous verrez ça fait du bien

    • @open le 06.12.2018 18:30 Report dénoncer ce commentaire

      Arrêtez avec les légendes urbaines genre l’Amérique puritaine, voyagez là-bas vous serez surpris. Quand aux "petits esprits frustrés" comme vous avez l'élégance de dire, ils sont heureux et n'ont pas besoin de l'afficher à l'extrême partout. Par contre nous on pense à nos enfants et aux plus vulnérables. On a pas envie que n'importe qu'elle tordu se sente pousser des ailes ou se croit tout permis. Regardez le monde que vous nous avez offert : on est presque en 2020 et notre génération devra tout refaire!

  • monde dem le 06.12.2018 09:24 Report dénoncer ce commentaire

    Du grand n'importe quoi....