En Inde

21 octobre 2019 21:45; Act: 22.10.2019 16:13 Print

Des œillères en carton pour les écoliers tricheurs

Une école de l'État du Karnataka a présenté ses excuses, après s'être vantée de sa méthode antitriche expérimentale.

Sur ce sujet
Une faute?

La mesure était présentée comme une technique innovante pour décourager toute tricherie. Le Bhagat College, établissement de Haveri, dans l'État du Karnataka (sud-ouest), s'est attiré une avalanche de commentaires atterrés après avoir diffusé des photos d'étudiants sagement assis à leur pupitre, planchant sur un examen avec sur la tête un carton percé. De quoi empêcher toute velléité de guigner sur la copie du voisin.

Postés sur Facebook par un employé de l'école, les clichés ont créé un tollé national, raconte CNN. Le ministre local de l'Éducation a lui-même exprimé son indignation. «On n'a pas le droit de traiter quiconque – a fortiori des étudiants – comme des animaux», a tweeté S. Suresh Kumar.

Volontaires

Tout en présentant de plates excuses, la direction du Bhagat College a assuré que les parents étaient au courant de l'expérimentation, que les élèves étaient tous volontaires et qu'ils avaient eux-mêmes amené leur carton.

La tricherie aux examens est un fléau en Inde, où la réussite scolaire représente une véritable obsession. En 2015, un reportage avait fait scandale. Il montrait des parents escaladant les murs d'une école pendant une session d'examens, afin de souffler les bonnes réponses à leur progéniture.

(L'essentiel/arg)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.