Zoo en Belgique

01 avril 2020 08:25; Act: 01.04.2020 10:56 Print

Des orangs-​​outans jouent avec des loutres

En Belgique, un zoo a partagé des photographies étonnantes montrant une famille de singes s'amuser avec leurs voisines.

storybild

La famille de loutres a été autorisée à vivre dans la rivière qui traverse l'enceinte abritant la famille des orangs-outans. (photo: Zoo Pairi Daiza)

Sur ce sujet
Une faute?

Ce lundi, des photographies du zoo Pairi Daiza du Domaine du Cambron, en Belgique, ont commencé à circuler. On y voit des orangs-outans jouer avec des loutres. Selon le porte-parole du zoo, Mathieu Goedefroy, ces animaux «doivent être constamment divertis et occupés, mentalement, émotionnellement et physiquement», et ce, dans le cadre d'un programme qui vise à assurer le bien-être des primates en captivité.

Raison pour laquelle la famille de loutres a été autorisée à vivre dans la rivière qui traverse l'enceinte abritant la famille d'orangs-outans, qui est arrivée dans ce zoo en 2017.

Berani, 3 ans, a tissé un lien fort avec les loutres

«Les loutres aiment vraiment sortir de l'eau pour aller jouer avec leurs grands amis à fourrure», a déclaré M. Goedefroy, ajoutant que Berani et Ujian ont développé un lien particulièrement fort avec leurs voisins. «Cela rend la vie plus amusante et intéressante pour les deux espèces animales, ce qui en fait une expérience très réussie», a-t-il ajouté.

Les orangs-outans sont actuellement menacés par les plantations d'huile de palme dans leurs régions d'origine de Bornéo et de Sumatra. À noter que, à l'instar d'autres zoos en Europe, Pairi Daiza est fortement impacté par la crise sanitaire mondiale liée à l'épidémie de Covid-19. L'établissement a décidé de retarder sa réouverture au public initialement prévue à l'entame des vacances de Pâques (6 avril).

(L'essentiel/utes)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • grain de sel le 01.04.2020 09:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la nature n'a pas besoin de l'homme mais l'humanité necessite mère nature. arrêtons de délirer et revenons à nos racines au lieu de spéculer sur les marchés a fric.

  • moboutou le 01.04.2020 09:31 Report dénoncer ce commentaire

    trop beau ! comme quoi les animaux, même différents, peuvent s'entendre et non pas besoin de nous...

  • zaza57 le 01.04.2020 10:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    enfin la nature reprend ses droits. très touchant cet orang outan. l'homme devra réfléchir à tout cela. nous payons les tribus de notre égoïsme capitaliste

Les derniers commentaires

  • Laura borean le 01.04.2020 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    Dans la nature, si les animaux sont bien nourris ils peuvent partager avec d autres especes

  • confinement le 01.04.2020 12:12 Report dénoncer ce commentaire

    la nature se respecte, il n y a que l home qui ne respecte pas. d ailleurs maintenant j espere que bouceaup comprendront ce que les animaux vive en confinement

  • Fritz le 01.04.2020 11:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @grain de sel, tout a fait d'accord avec vous!!

  • Grand Maître le vrai le 01.04.2020 11:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et si c'était eux les plus intelligents?

  • EMOTION le 01.04.2020 11:29 Report dénoncer ce commentaire

    Exactement, la nature n'a pas besoin des humains, c'est un animal destructeur, j'aurai aimé être en ce moment un beau chêne auprès duquel les animaux viendraient s'y reposer