En Afrique du Sud

21 novembre 2019 12:38; Act: 21.11.2019 12:46 Print

Elles se rendent chez l'assureur avec un cadavre

Une famille sud-africaine, frustrée par les lenteurs d'un assureur qui tardait à prendre en charge les obsèques d'un proche, a pris une mesure drastique pour se faire entendre.

Sur ce sujet
Une faute?

Une famille sud-africaine frustrée par les lenteurs d'un assureur qui tardait à prendre en charge les obsèques d'un proche, a pris une mesure drastique pour obtenir satisfaction: elle s'est rendue avec le cadavre dans les bureaux de l'assureur. Sur une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, deux femmes transportent tant bien que mal un sac mortuaire visiblement très lourd, dans les bureaux d'une compagnie d'assurances, devant des clients ahuris.

Elles quittent ensuite les locaux et parviennent péniblement, avec l'aide de plusieurs personnes, à mettre le sac dans le coffre d'une voiture garée à proximité. Un homme demande alors la raison pour laquelle elles ont apporté la dépouille et si l'assurance décès a été payée. Une femme répond: «Ils ont juste payé maintenant. C'est pour ça qu'on avait apporté le corps».

Un incident «isolé» et «regrettable»

La compagnie Old Mutual a déploré sur Twitter un incident «isolé» et «regrettable», et expliqué que le dossier avait nécessité des «recherches supplémentaires», avant que la prime d'assurance ne soit versée. Interrogées par le site d'informations Times Live, les deux femmes ont expliqué avoir obtenu le feu vert de la morgue pour transporter le cadavre jusqu'à la compagnie d'assurances, qui tardait à verser les prestations souscrites.

Le gouvernement de la province du KwaZulu-Natal, où la vidéo a été tournée la semaine dernière, a fait part mercredi dans un communiqué de son «écœurement» et s'est dit «choqué de la peine infligée à la famille».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Suisse le 21.11.2019 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    Bien vu!

  • Fact le 21.11.2019 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Triste de devoir en arriver là mais je pense qu'elles ont eu raison de faire cela pour permettre à leur proche d'avoir droit aux prestations dues. Autre question : le boubou "chanel" d'une des deux femmes, c'est un vrai ? Je n'était pas au courant que chanel faisait aussi ce type de vêtements^^

  • Je me questionne.. le 23.11.2019 18:17 Report dénoncer ce commentaire

    On peut comprendre, mais est-ce la bonne manière de se faire entendre ? Est-il agréable pour les gens d'assister à ce macabre spectacle ?

Les derniers commentaires

  • Je me questionne.. le 23.11.2019 18:17 Report dénoncer ce commentaire

    On peut comprendre, mais est-ce la bonne manière de se faire entendre ? Est-il agréable pour les gens d'assister à ce macabre spectacle ?

  • Fact le 21.11.2019 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Triste de devoir en arriver là mais je pense qu'elles ont eu raison de faire cela pour permettre à leur proche d'avoir droit aux prestations dues. Autre question : le boubou "chanel" d'une des deux femmes, c'est un vrai ? Je n'était pas au courant que chanel faisait aussi ce type de vêtements^^

  • Le Suisse le 21.11.2019 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    Bien vu!