Buzz sur le Net

15 septembre 2014 13:22; Act: 15.09.2014 14:35 Print

Facebook censure la photo d'un bébé malade

Son fils ayant besoin d'un nouveau cœur, un papa a créé une page sur le réseau social. Mais le cliché illustrant le profil a été rejeté, jugé «effrayant». La firme de Zuckerberg a fini par s'excuser.

storybild

Le cliché que Facebook a censuré. À gauche, l'explication du réseau social. (photo: Facebook/dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Hudson naît le 18 juillet dernier, en Caroline du Nord. Une semaine après sa venue au monde, les médecins annoncent à ses parents la terrible nouvelle: le nouveau-né souffre d'une cardiomyopathie d'origine inconnue et a besoin d'un nouveau cœur. Le temps presse, relate lundi le Huffington Post. Kevin, son père, ne perd pas une seconde. Il crée une page Facebook intitulée «Hudson's Heart» (NDLR: «Le cœur de Hudson») afin de lever des fonds pour couvrir une partie des frais médicaux.

Sur le réseau social, le jeune papa poste des photos du petit garçon et informe les internautes de l'état de santé du bébé. Dans l'espoir de sensibiliser le plus de monde possible à la situation de son fils, Kevin débourse régulièrement une vingtaine de dollars afin de «booster» sa page Facebook. Mais le 4 septembre dernier, le paiement effectué par l'Américain est rejeté. Explication du réseau social: «Votre annonce n'a pas été approuvée parce que la photo est effrayante, gore, ou sensationnelle et évoque une réaction négative. Les images incluant des accidents, des crashes de voiture, des cadavres et personnes démembrées, des fantômes, des zombies et des vampires, ne sont pas autorisées».

Compensation financière accordée par Facebook

Atterré et blessé par cette réponse, Kevin tente de contacter Facebook, en vain. L’affaire commence à faire du bruit dans les médias, si bien que le géant du web finit par reconnaître son erreur: «Ce fut une erreur de notre part et l'annonce a été approuvée à nouveau. Nous nous excusons pour tout inconvénient que cela a causé à la famille», déclare Facebook au Huffingon Post. Une réaction qui ne console pas Kevin: «J'ai lu la réponse de Facebook dans les médias. Ils se sont excusés pour les inconvénients que cela a causés à ma famille. Les inconvénients n'ont jamais été un problème. C'est le fait que mon fils ait été comparé à des corps démembrés, des vampires, des zombies, etc. C'est ça qui me fait mal ainsi qu'à ma famille», poste Kevin, le 10 septembre, sur la page «Hudson's Heart».

Facebook rattrape finalement le coup en s’excusant auprès du jeune père et en lui offrant une compensation financière, relate le site wcnc.com. «Ils ont expliqué qu'un système automatisé avait accidentellement marqué la photo de Hudson. Ils m'ont offert pour 10 000 dollars (7 740 euros) de publicités sur Facebook pour faire amende honorable», raconte Kevin. Hudson a récemment dû subir une opération à cœur ouvert. Les médecins lui ont posé un cœur artificiel en attendant une transplantation cardiaque. Son papa continue de donner régulièrement de ses nouvelles sur Facebook : «Quand je regarde son visage, je peux sentir ses espoirs et ses rêves qui s’écrivent en silence quelque part derrière ces yeux délicats. Si je regarde assez longtemps à travers le silence, je peux presque voir l’homme que Hudson prévoit de devenir», a écrit l'Américain, dimanche.

(L'essentiel/joc)