France

10 août 2020 16:20; Act: 10.08.2020 16:34 Print

Il a reconstitué l'odeur... de la lune!

Dans son laboratoire aux mille flacons dans le sud-ouest de la France, Michaël Moisseeff a reconstitué l'odeur... de la Lune!

storybild

Pour la Lune, la Cité de l'espace à Toulouse à l'origine du projet, «n'a pas voulu me payer le voyage», plaisante M.Moisseeff dans sa maison transformée en musée aux mille et une effluves... (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Chemise fleurie et cheveux blancs attachés en arrière, ce généticien de formation de 66 ans a consacré sa vie à décortiquer les mystères de l'odorat et à produire, à partir de molécules, toutes sortes de senteurs, fragrances et émanations.

«Pour récréer l'odeur d'un sous-bois par exemple, il faut d'abord s'y rendre. Est-ce qu'il y a de la mousse ? Du lichen ? De l'humidité ? Je fais un inventaire et rassemble mes éléments comme un peintre avec sa palette de couleurs, puis travaille sur les proportions pour essayer au maximum d'être dans la finesse», explique l'aromaticien.

Mais pour la Lune, la Cité de l'espace à Toulouse à l'origine du projet, «n'a pas voulu me payer le voyage», plaisante M. Moisseeff dans sa maison transformée en musée aux mille et une effluves. Seule opportunité pour ce «sculpteur d'arômes», comme il se définit, le recours aux descriptions faites par différents astronautes ayant marché sur la Lune, notamment Neil Armstrong.

«Faute d'oxygène sur la Lune, il ne pouvait évidemment rien sentir mais une fois de retour dans le module, l'odeur de la poussière accrochée à son scaphandre lui a rappelé la poudre noire brûlée des vieux (fusils) six coups», explique-t-il.

Notes carbonées et soufrées

Comment la reproduire ? M.Moisseeff décide de faire lui-même exploser, dans ses propres casseroles, de la poudre noire. Après plusieurs tentatives avortées et autant de frayeurs, il réussit à en «capturer» un dépôt brûlé.

Puis, une fois l'odeur recherchée en tête, cet alchimiste des temps modernes a rassemblé plusieurs éléments dans son laboratoire, pour un résultat aux notes métalliques, carbonées et soufrées qui titillent les narines et l'imagination.

«Cette odeur énigmatique reproduite à partir des descriptions de certains astronautes évoque des senteurs connues comme la poudre à canon et la cendre de cheminée, mais cela ne veut pas dire qu'on en trouve sur la Lune», tempère Xavier Penot, médiateur scientifique à la Cité de l'espace et à l'origine de l'idée.

Les nez de plus d'un million de visiteurs s'y sont frottés à la Cité de l'espace de Toulouse, le leader européen de la diffusion de la culture spatiale et astronomique auprès du grand public, à l'occasion de plusieurs expositions en 2009 et 2019.

«Sensation individuelle»

«Une odeur, c'est quand une molécule rencontre un capteur au niveau de votre muqueuse olfactive, générant un signal qui va provoquer une sensation chez vous», souligne M.Moisseeff.

«Et cette sensation est absolument individuelle, en fonction de la génétique et du vécu de chacun», ajoute-t-il, précisant que l'être humain possède environ 260 capteurs d'odeurs.

Ce Parisien d'origine qui a décidé il y a une quarantaine d'années de poser ses valises dans le Sud-Ouest pour que sa fille «grandisse loin de la pollution», travaille depuis sans relâche au développement de la culture olfactive auprès du grand public. «Les odeurs c'est comme en musique, il faut faire ses gammes tout le temps», soutient-il.

Le nez toujours en action, cet «artiste scientifique» conçoit depuis des années des installations et des expériences odorantes dans des cabines téléphoniques, des villages entiers ou des salles de spectacles à la demande de musées, d'associations ou d'entreprises et anime des formations et ateliers de «dégustations d'odeurs».

Son prochain défi ? «Reconstituer l'odeur de la Joconde», c'est-à-dire un parfum de l'époque de la Renaissance, «un travail minutieux d'enquête et recherche historique», confie-t-il avec excitation.

(L'essentiel/AFPE)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lunatique le 10.08.2020 16:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ca dépend l'odeur de quelle lune :)

  • Le Grinch le 10.08.2020 18:20 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ne pas simplement renifler les échantillons ramenés depuis la Lune ? Un détail : le mot "effluve" est masculin.

  • elle le 10.08.2020 19:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un peu d’humour fait du bien ????

Les derniers commentaires

  • Mic le 12.08.2020 14:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J’espère qu’il ne s’est pas trompé de lune lol !

  • Carina le 11.08.2020 22:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je me rappelle cette question dans qui veut gagner des millions: une odeur de pierre-à-fusil !

  • babou le 11.08.2020 19:19 Report dénoncer ce commentaire

    mdr j ai envie de lui demander quel lune

  • Taka le 11.08.2020 19:13 Report dénoncer ce commentaire

    L'avantage c'est que ceux qui ont été renifler la lune ne sont jamais revenus vivants... ça va être difficile de prouver le contraire! Vite! Je me mets tout de suite à le recherche du parfum de Venus...

  • kath le 11.08.2020 13:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourrait pas être payé à chercher qqchose d’utile?