Au Japon

18 avril 2019 12:39; Act: 18.04.2019 13:30 Print

Il aurait fait fabriquer de la drogue à ses élèves

Un professeur d'université japonais est soupçonné d'avoir fait fabriquer de l'ecstasy à ses étudiants pour parfaire «leur éducation», selon ses propos aux enquêteurs.

storybild

L'enseignant de l'université de Matsuyama (ouest) a reconnu les faits, qui remontent à 2013. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un professeur d'université japonais est soupçonné d'avoir fait fabriquer de l'ecstasy à ses étudiants pour parfaire «leur éducation», selon ses propos aux enquêteurs, a-t-on appris mercredi auprès du ministère de la Santé. Le MDMA (principe actif de l'ecstasy) n'a pas été retrouvé et a «probablement été jeté», a indiqué à l'AFP un responsable du ministère. Cet enseignant de l'université de Matsuyama (ouest) a reconnu les faits, qui remontent à 2013, auprès des enquêteurs du parquet.

Il n'a pas été inculpé à ce stade, mais ce chef d'accusation est passible de dix ans de prison. Selon la loi, un chercheur doit obtenir une autorisation des autorités régionales pour fabriquer des stupéfiants à des fins académiques. Le professeur de pharmacologie de 61 ans a aussi, d'après les investigations, fait produire l'an dernier à ses élèves une drogue appelée 5F-QUPIC (ou 5F-PB-22), similaire au cannabis, et interdite au Japon en 2014 pour sa possible responsabilité dans des accidents de la route.

L'archipel possède une législation très sévère contre les stupéfiants. L'affaire rappelle la série culte «Breaking Bad», racontant l'histoire de Walter White, un professeur de chimie qui, atteint d'un cancer du poumon à un stade avancé, se transforme peu à peu en baron de la drogue pour payer son traitement et subvenir aux besoins de sa famille - en faisant parfois appel à l'aide d'un de ses anciens élèves.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.