Pologne

12 juillet 2020 21:47; Act: 13.07.2020 14:55 Print

Il fuit avec son puma, il décide de se rendre

Un homme qui détenait un puma de façon illégale refusait de le remettre à un zoo. Après une cavale, il a fini par céder.

storybild

(photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Environ 200 agents de police, un hélicoptère, des drones: c’est le dispositif de recherche qui a été mobilisé pour tenter de retrouver la trace d’un ancien soldat polonais qui s’était fait la malle dans le sud du pays en compagnie… de son puma. Après trois jours de traque et une couverture médiatique très large en Pologne, la police a pu annoncer la nouvelle: l’homme a fini par se rendre.

Détenir un puma est interdit

L’ex-soldat «Kamil Stanek s’est présenté de son propre gré au commissariat de Zawiercie et l’a quitté après interpellation», tandis que son puma a été remis à un zoo, ont écrit les policiers sur leur site Facebook. «Nous sommes heureux d’indiquer que le puma appelé Nubia se trouve entouré des soins professionnels des employés du zoo de Chorzow (sud)», ajoutent-ils.

La garde d’animaux dangereux est interdite en Pologne et l’homme, qui séjournait près de Zawiercie, s’était vu intimer par la justice de donner l’animal à un zoo, mais il s’y était refusé.

«Amour pour l’animal»

«Ce n’est pas un jouet. C’est un animal classé parmi les plus dangereux du monde, qui peut créer une menace réelle pour la santé et la vie des gens», avait prévenu Ewa Zgrabczynska, la directrice du zoo de Poznan (ouest) où le puma devait initialement être remis.

Localisé vendredi par des représentants du zoo, Kamil Stanek les avait menacés avec un couteau avant de s’enfuir en forêt avec l’animal tenu en laisse, selon les médias locaux. Selon le quotidien Gazeta Wyborcza, le vétéran d’Afghanistan avait acheté l’animal il y a six ans en République tchèque voisine, l’élevant depuis chez lui.

De nombreuses voix se sont élevées pour défendre le fugitif. «L’amour pour l’animal et une décision de la justice sans cœur l’ont obligé à fuir», a écrit sur son site Facebook Dariusz Wojtowicz, le maire de la ville voisine de Myslowice (sud).

(L'essentiel/afp)