Royaume-Uni

21 mars 2019 20:17; Act: 22.03.2019 14:55 Print

Il regrette de s'être fait appeler Michael Jackson

Un Britannique était tellement fan de la superstar qu'il a légalement changé de nom. Après avoir vu «Leaving Neverland», il aimerait faire machine arrière.

Sur ce sujet
Une faute?

John Lomas a toujours été un grand fan de Michael Jackson. Pendant des années et des années, ce Britannique aujourd'hui âgé de 38 ans a suivi avec passion l'évolution de son idole, dépensant une fortune en articles en tous genres. «Quand j'étais plus jeune, j'achetais tout ce qui me tombait sous la main. Je me suis payé ses albums dans les tous formats que je pouvais. Cette obsession a duré 25 ans, depuis l'âge de 12 ans. J'ai dû dépenser plus d'un million là-dedans», raconte le trentenaire à «The Independent».

La fascination de John Lomas pour Michael Jackson a atteint un tel degré, que l'homme a pris un jour la décision de changer légalement de nom. «Il y a quelques années, je suis allé à Los Angeles. Et peu après, j'ai fait les démarches», raconte le Britannique, qui s'appelle désormais John Michael Jackson. Un changement d'identité que le trentenaire regrette amèrement depuis qu'il a vu le documentaire «Leaving Neverland». Diffusé ce jeudi soir sur «M6», ce film met en lumière les témoignages glaçants de James Safechuck et Wade Robson, qui accusent Michael Jackson d'abus sexuels.

«Pendant des années, je l'ai soutenu aveuglément»

Si de nombreux fans de la défunte superstar continuent de la défendre contre vents et marées, John, lui, s'est fait son opinion. Et il espère désormais pouvoir récupérer son nom d'origine. «Pendant des années, je l'ai soutenu aveuglément. Mais j'ai atteint un point de non-retour et je me dis: ça suffit. Il y a trop de doutes et je me retrouve avec ce nom dont il faut que je me débarrasse», confie le Britannique, qui craint d'avoir beaucoup de mal à trouver un nouvel emploi avec ce patronyme encombrant.

«J'aimerais me trouver un travail dans le social, mais à chaque fois que l'on me demande un extrait de casier judiciaire, je dois donner mon nom. Pour décrocher un emploi dans ce secteur, cela tombe vraiment mal que j'aie choisi de changer de nom pour prendre celui d'un présumé pédophile», déplore John. Ne lui reste plus qu'à espérer que l'administration se montrera compréhensive.

(L'essentiel/joc)