En Chine

12 décembre 2019 11:47; Act: 12.12.2019 11:58 Print

Il se transforme en chaise pour une femme enceinte

Personne ne voulant céder sa place à sa femme enceinte, un jeune homme a lui-même joué le rôle de la chaise. La police de Hegang dénonce l'égoïsme des gens.

Sur ce sujet
Une faute?

Quand elle est arrivée à l'hôpital de Hegang (nord-est) pour y subir un contrôle, une femme enceinte n'avait nulle part où s'asseoir. Le nez plongé dans leur téléphone portable, les personnes qui attendaient dans le couloir n'ont pas bougé un cil pour lui céder leur place. La future maman ayant du mal à rester debout, son mari s'est assis par terre et s'est transformé en «chaise humaine» pour soulager sa belle, relate le «Daily Mail».

Dans l'indifférence générale, la jeune femme a pu se reposer sur le dos de son chevalier servant en attendant que le personnel médical la prenne en charge. Le geste attentionné du futur papa a été immortalisé par les caméras de surveillance de l'hôpital. Dimanche, la police de Hegang a publié ces images et dénoncé l'indifférence des personnes présentes à ce moment-là.

Vue plusieurs millions de fois, la vidéo a touché les internautes chinois, qui ont rendu hommage au mari attentionné. «Ce mari pourrait soutenir des cieux. Bravo à lui», a commenté quelqu'un. «J'ai eu honte de moi en voyant cet homme s'asseoir. Je n'ai pas traité ma femme aussi bien quand elle était enceinte», a avoué un autre internaute. Certains n'ont cependant pas manqué de souligner que des sièges étaient disponibles au fond du couloir, et que la future mère aurait pu se déplacer jusque là-bas.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • AC le 12.12.2019 13:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est clair, que ce soit aux caisses des magasins, dans une salle d'attente, dans les transports en commun ou même à la boucherie, il n'y a plus aucune politesse... Personne ne propose aux femmes enceintes de passer avant eux ou de prendre leur place. Même si toutes les femmes enceintes ne se sentent pas forcément mal en restant debout, la moindre des choses c'est de proposer.

  • Mono le 12.12.2019 18:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un mec, un vrai!

  • maggy le 12.12.2019 17:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est son mari

Les derniers commentaires

  • Mono le 12.12.2019 18:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un mec, un vrai!

    • Mecdu54 le 13.12.2019 16:29 Report dénoncer ce commentaire

      Non, son mec tout simplement!

  • Francis le 12.12.2019 17:56 Report dénoncer ce commentaire

    Ca cest le patriarche pure et dure..

  • maggy le 12.12.2019 17:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est son mari

    • Mecdu54 le 13.12.2019 16:25 Report dénoncer ce commentaire

      Il vaudrait mieux! si ça avait été un inconnu qui lui propose de s'asseoir sur lui, c'est alors un pervers!

  • BonSamaritain le 12.12.2019 15:04 Report dénoncer ce commentaire

    Certains n'ont cependant pas manqué de souligner que des sièges étaient disponibles au fond du couloir, et que la future mère aurait pu se déplacer jusque là-bas: Bien la preuve qu'il faut toujours regarder la situtation dans son ensemble avant de critiquer. Tout de même bravo à cette galanterie extrème.

  • PopCorn le 12.12.2019 14:48 Report dénoncer ce commentaire

    "Certains n'ont cependant pas manqué de souligner que des sièges étaient disponibles au fond du couloir, et que la future mère aurait pu se déplacer jusque là-bas."