Dépénalisation de l'avortement

14 janvier 2021 15:21; Act: 14.01.2021 17:40 Print

IVG: le Chili va-​​t-​​il imiter l'Argentine?

L'avortement légal entre officiellement en vigueur jeudi, en Argentine, au moment où le Chili voisin débat d'une dépénalisation de l'IVG.

storybild

Les féministes se mobilisent à Santiago. (photo: AFP/Claudio Reyes)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Argentine, un pays de 45 millions d'habitants, va ainsi devenir le plus grand pays d'Amérique latine à autoriser sans conditions l'avortement jusqu'à 14 semaines de grossesse. Jusque-là, l'interruption volontaire de grossesse (IVG) n'était autorisée qu'à Cuba, en Uruguay, au Guyana, dans la ville de Mexico et l'État mexicain d'Oaxaca. La promulgation officielle par le président de centre gauche Alberto Fernandez, à l'origine du projet de loi, aura lieu jeudi après-midi à l'occasion d'une cérémonie au musée du Bicentenaire à Buenos Aires.

Le texte, sur un sujet qui divise profondément l'opinion publique argentine, a été voté le 30 décembre par les sénateurs avec 38 voix pour, 29 contre et une abstention, deux ans après l'échec d'une première tentative. Jusqu'ici, l'avortement n'était permis en Argentine qu'en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère, en vertu d'une loi datant de 1921. Chaque année, selon le gouvernement, entre 370 000 et 520 000 avortements clandestins sont pratiqués en Argentine et 38 000 femmes hospitalisées pour complications lors d'avortements clandestins. La nouvelle loi offre toutefois la possibilité aux médecins de faire valoir leur «objection de conscience¨.

IVG sous conditions

Au même moment au Chili, les parlementaires ont commencé mercredi à débattre d'une proposition de loi déposée en 2018 par l'opposition de gauche pour dépénaliser l'avortement jusqu'à 14 semaines de grossesse et ainsi éviter aux femmes choisissant de se faire avorter d'être menacées d'une peine de prison.

Jusqu'à 2017, le Chili était un des rares pays n'autorisant l'avortement sous aucune condition dans le cadre d'une loi votée sous la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990). En 2017, sous la pression de mouvements féministes, un texte avait finalement été voté permettant l'avortement en cas de danger pour la vie de la mère, de l'enfant ou de viol. Mais selon les associations, ces IVG ne représentent que 3% des milliers d'avortements clandestins qui ont lieu chaque année dans ce pays de 18 millions d'habitants.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • L'internaute le 14.01.2021 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Il existe suffisamment de moyen de contraception pour que les femmes ne soient pas amenée à commettre ce crime contre un(e) innocent(e). Comment peut on condamner quelqu'un pour un crime alors qu'on légalise de l'autre cotés un crime sur un enfant?

  • Jingsa le 14.01.2021 15:33 Report dénoncer ce commentaire

    Pendant ce temps-là, des régimes "extrémistes" comme la Pologne bloquent presque tous les avortements, poussant les femmes dans le besoin aussi dans l'ilégalité!

Les derniers commentaires

  • L'internaute le 14.01.2021 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Il existe suffisamment de moyen de contraception pour que les femmes ne soient pas amenée à commettre ce crime contre un(e) innocent(e). Comment peut on condamner quelqu'un pour un crime alors qu'on légalise de l'autre cotés un crime sur un enfant?

  • Jingsa le 14.01.2021 15:33 Report dénoncer ce commentaire

    Pendant ce temps-là, des régimes "extrémistes" comme la Pologne bloquent presque tous les avortements, poussant les femmes dans le besoin aussi dans l'ilégalité!

    • @ Jingsa le 14.01.2021 16:41 Report dénoncer ce commentaire

      Jingsa: Seul les viols ou problèmes sérieux pour la mère ou l'enfant légalise l'avortement dans tout les autres cas cela reste un crime. J'ai toujours entendu les femmes dès qu'elles apprenais qu'étaient enceinte parler de leurs bébé et non d'un fœtus.