Aux Pays-Bas

13 avril 2019 11:47; Act: 13.04.2019 11:53 Print

L'ex-​​chef d'une banque de sperme a... 49 enfants!

L'ex-directeur d'une banque de sperme, aujourd'hui décédé, Jan Karbaat, est soupçonné d'avoir utilisé à de nombreuses reprises sa propre semence.

storybild

En février, un tribunal néerlandais a décidé que le prélèvement ADN réalisé sur les affaires personnelles de M. Karbaat devait être mis à la disposition des parents et de leurs enfants afin qu'ils puissent effectuer leurs propres comparaisons.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien directeur d'une banque de sperme aux Pays-Bas, décédé en 2017, est le père biologique de 49 enfants nés d'une fécondation in vitro. C'est une organisation représentant les parents et les enfants au coeur du scandale qui l'a annoncé vendredi. Jan Karbaat, médecin et ancien directeur d'une banque de sperme située à Barendrecht, dans le sud des Pays-Bas, est soupçonné d'avoir utilisé à de nombreuses reprises son propre sperme. Et ce, au lieu de celui du donneur choisi.

Les résultats d'une série de tests ADN, réalisés vendredi matin dans un hôpital à Nimègue (sud-ouest), «ont montré que 49 enfants dans l'affaire sont des descendants directs» de M. Karbaat, a indiqué l'organisation Defence for Children (défense pour les enfants) dans un communiqué. «Les résultats confirment de sérieux soupçons selon lesquels Karbaat utilisait son propre sperme dans sa clinique», a-t-elle ajouté.

Clinique fermée en 2009

Le scandale né autour de cette affaire a pris de l'ampleur en février, lorsqu'un tribunal néerlandais a décidé que le prélèvement ADN réalisé sur les affaires personnelles de M. Karbaat devait être mis à la disposition des parents et de leurs enfants afin qu'ils puissent effectuer leurs propres comparaisons.

Avant sa mort à l'âge de 89 ans, Jan Karbaat aurait admis avoir eu une soixantaine d'enfants du temps où il travaillait à la clinique, qui avait fermé ses portes en 2009 en raison de pratiques douteuses. Le groupe d'enfants présumés de M. Karbaat et leurs familles avaient intenté une action en justice pour obtenir le profil ADN du médecin.

«Maintenant, après des années d'incertitude, les plaignants peuvent enfin clore ce chapitre et commencer à digérer le fait qu'ils sont l'un des nombreux descendants de Karbaat».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Enyreflechissantunpeu le 13.04.2019 22:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui la consanguinité par exemple

  • Abalus le 13.04.2019 12:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après tout si il ne trouvait pas de donneur de sperme alors il c’est dévouer

  • Sandro le 13.04.2019 16:15 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce grave ?

Les derniers commentaires

  • Henry Lachard le 14.04.2019 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les mamans ont choisis des donneurs bien bâtis, grands, effilés, un regard a tomber parterre. au final ils ont tout autre choses. L'eugénisme féminins n'a pas fonctionné ces fois ci

  • Enyreflechissantunpeu le 13.04.2019 22:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui la consanguinité par exemple

  • Sandro le 13.04.2019 16:15 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce grave ?

  • Abalus le 13.04.2019 12:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après tout si il ne trouvait pas de donneur de sperme alors il c’est dévouer