Selon sa «restauratrice»

02 septembre 2012 19:32; Act: 02.09.2012 20:04 Print

«La restauration du Christ de Borja n'était pas finie»

Devenue la risée du Net depuis la publication des images de son travail sur un portrait du Christ datant du début du XXe siècle, Cecilia Gimenez assure que son travail n'est pas encore achevé…

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

«J'avais commencé à refaire la tête. Et puis, des gens ont pris une photo qui s'est ensuite retrouvée dans la presse. Mais la restauration n'était pas finie. Je n'ai pas pu achever le travail, j'aimerais pouvoir le faire car ce n'est pas une œuvre aboutie.» Dans un entretien accordé au journal Le Parisien, Cecilia Gimenez, peintre amatrice de 81 ans et responsable de la restauration du Christ de Borja, assure vouloir réparer les outrages réalisés sur la peinture.

Un revirement de situation non sans lien avec les multiples railleries dont elle fait l'objet depuis la publication sur la Toile des images de son «œuvre». Un résultat qui a fait hurler de rire des millions d'internautes à travers le monde et dont la vieille dame, dépassée par l'ampleur des réactions, aimerait modifier. «Je souhaite retrouver la paix, que tout ça se termine vite. Avec ma famille, on vient de passer de très mauvais moments. Non, je ne veux pas être célèbre! Je reçois plein de cartes du monde entier qui me félicitent, ça fait de la pub pour la ville. Mais moi, cela me coûte toujours et ça restera en moi.»

Pour mettre cette mésaventure de côté, Cecilia Gimenez assure qu'«il faut aller jusqu’au bout de la restauration, que ce soit moi ou quelqu’un d’autre qui s’en charge». La plus célèbre des restauratrices se dit donc prête à laisser ses pinceaux de côté, même si elle croit toujours en sa technique picturale. «Ce sont les soeurs qui, au collège, m’ont appris à dessiner. Je suis heureuse quand je peins, ça permet de m’évader.»

(L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).