Présidentielle américaine

09 novembre 2016 11:28; Act: 09.11.2016 13:22 Print

La télé et le ciné avaient prédit le destin de Trump

«Les Simpson» avaient imaginé un pays ruiné après un mandat de Donald Trump. Et les scénaristes de «Retour vers le Futur» s'étaient aussi inspirés du sulfureux milliardaire.

op Däitsch
Sur ce sujet

En l'an 2000, les scénaristes de la série culte «Les Simpson» avaient déjà imaginé Donald Trump en président des États-Unis. Dans un épisode intitulé «Les Simpson dans 30 ans» (en anglais, «Bart to the Future»), les créateurs du dessin animé se sont penchés sur l'avenir de la célèbre famille (voir vidéo ci-dessus). Et le tableau est loin de faire rêver: Bart est devenu un raté, tout comme son père. Lisa Simpson, elle, vient d'être élue présidente des États-Unis. Elle succède à un certain... Donald Trump, qui lui laisse un pays en miettes.

Le milliardaire a en effet mis en place une politique économique désastreuse, et Lisa Simpson devra faire des miracles pour remettre le pays sur les bons rails. «À quel point est-ce grave?», demande la première présidente hétérosexuelle des États-Unis au secrétaire d'État Milhouse Van Houten. «Nous sommes ruinés», lui rétorque ce dernier. Les conseillers de Lisa Simpson lui expliquent alors qu'en voulant investir dans les enfants de la nation en créant notamment des «programmes de petit-déjeuner équilibré», Trump a créé des générations de «super-criminels qui fonctionnent sans dormir».

Biff Tannen inspiré de Donald Trump

La saga «Retour vers le futur» n'était pas allée jusqu'à imaginer Donald Trump en président, mais avait bien prédit son ascension politique, relève le site Brain Damaged. Incarné par l'acteur Thomas F. Wilson, l'odieux Biff Tannen est le méchant de l'histoire. Cette brute épaisse qui passe son temps à intimider les gens, à les insulter et à les forcer à faire son travail devient un homme richissime et influent dans le deuxième volet de la trilogie.

Propulsé en l'an 2015, Marty McFly se retrouve en effet aux prises avec un milliardaire tout puissant, qui traite les femmes comme des moins que rien et dont la vulgarité n'a d'égal que la brutalité. «Dans les années 80, Trump était déjà un magnat de l'immobilier bien connu. Quand on a imaginé un Biff Tannen du Futur, c'est bien à lui qu'on pensait», avait confirmé l'an dernier Bob Gale, scénariste de la saga.

Plus récemment, la série télévisée «Scandal» s'est également inspirée de Donald Trump pour sa cinquième saison. Un personnage ressemblant fortement au milliardaire a failli être le candidat investi des républicains. Hollis Doyle est un homme riche, misogyne et qui aime être sous le feu des projecteurs. Ce personnage se fait surprendre en train de tenir des propos insultants envers les habitants de l'Amérique profonde, qui votent pourtant pour lui.

Olivia Pope, personnage principal de la série, le piège en dévoilant une vidéo compromettante, réduisant à néant ses chances d'être investi. Trump, lui, a été enregistré en train d'expliquer à un journaliste comment «attraper les femmes par le vagin». Et cela ne l'a pas empêché d'être élu président.

(L'essentiel/joc)