Aux États-Unis

02 septembre 2019 12:51; Act: 02.09.2019 13:06 Print

Le canapé de «Friends» révolte les voisins

Pour les 25 ans de «Friends», son producteur voulait exposer le sofa de la série au pied de l'immeuble des héros. Levée de boucliers dans le quartier.

storybild

Le canapé orange du Central Perk apparaissait dans tous les épisodes de «Friends».

Sur ce sujet
Une faute?

Les personnes qui habitent près du 90 Bedford Street, adresse de l'immeuble dont la façade servait de décor dans «Friends» en ont plus qu'assez. Alors qu'ils doivent déjà cohabiter avec des milliers de touristes fans de la série qui viennent prendre le bâtiment en photo, voilà que Warner Bros. Television envisage d'exposer le célèbre canapé orange de la fiction dans leur rue, dès le samedi 21 septembre, pour fêter les 25 ans du début de la sitcom. Et pour ce faire, il a demandé à ce que la rue soit fermée au trafic.

«D'après ce que j'ai compris, ils veulent placer le sofa devant l'immeuble pour que les admirateurs puissent s'y asseoir et avoir la façade de la fiction en arrière-fond de leurs clichés», a dit le propriétaire du restaurant situé au rez-de-chaussée au New York Post. Et cette idée du producteur ne plaît pas aux habitants du quartier, dont sept ont exprimé leurs réticences le 12 août dernier, pendant une séance du conseil communautaire du District 2 qui regroupe Greenwich Village, Noho, Soho et Little Italy.

«Une expérience unique pour les fans»

«Nous avons déjà 400 touristes par jour qui viennent voir cet immeuble. Ils prennent des photos jour et nuit. Quand je sors, il y a vingt personnes qui traînent sur mon perron ou qui pissent dans un coin. Fermer la rue ou une partie du trottoir rendrait la situation complètement folle», a assuré un membre du conseil, tandis qu'un autre a expliqué que le trottoir n'était simplement pas assez large pour y faire tenir les touristes et le canapé.

Durant la séance du conseil communautaire, à laquelle aucun représentant de Warner Bros. Television n'a daigné venir, les personnes présentes ont voté une résolution pour qu'aucun permis ne soit accordé pour ce projet. «Nous n'étions pas au courant de cette réunion, sinon nous serions évidemment venus pour discuter de l'événement. Nous espérons pouvoir obtenir le permis et créer une expérience unique pour les fans», a expliqué un porte-parole du producteur au New York Post. Ce sera au Street Activity Permit Office de trancher.

(L'essentiel/jfa)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.