Au Canada

27 septembre 2018 10:22; Act: 27.09.2018 13:27 Print

Les kidnappeurs nudistes fuyaient la fin du monde

Le voile se lève partiellement sur un incident qui avait laissé bouche bée les policiers de l'Alberta, en novembre 2017.

storybild

Quatre des cinq ravisseurs, barricadés dans le véhicule accidenté, étaient entièrement nus. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a des faits divers franchement improbables. Celui-ci avait eu lieu en novembre 2017, au fin fond du glacial État de l'Alberta. Cinq membres d'une famille avaient été arrêtés après avoir enlevé trois de leurs voisins: un père, sa fille et le bébé de cette dernière. Leur course folle s'était terminée quand leur BMW avait percuté un camion, à quelques kilomètres au sud d'Edmonton.

Quand la police était arrivée, elle avait trouvé les trois captifs indemnes, mais paniqués. Et la situation est devenue carrément surréaliste quand les agents s'étaient aperçus que quatre des cinq ravisseurs, barricadés dans le véhicule accidenté, étaient entièrement nus. La température extérieure était alors de -10 degrés, rappelle The Guardian.

«Jéhovah! Jéhovah!»

Dix mois plus tard, des documents dévoilés mardi par la presse canadienne éclairent - un peu - cet étrange incident. Les instigateurs de cette improbable cavale étaient des témoins de Jéhovah en pleine crise mystique. Après plusieurs jours de privations alimentaires, ils auraient été subitement persuadés qu'il fallait fuir l'arrivée imminente de la fin des temps.

Dans leur hâte, les membres de la famille n'auraient «pas eu le temps de s'habiller», à l'exception de la mère. La smala se serait toutefois précipitée chez ses voisins «pour les sauver des démons», en les faisant monter de force dans le coffre du véhicule. Ces derniers ont expliqué que leurs ravisseurs psalmodiaient «Jéhovah! Jéhovah!» dans la voiture lancée à pleine vitesse.

La police avait, dans un premier temps, avancé que la famille était sous l'influence de stupéfiants. Mais des analyses n'ont montré ni drogue ni alcool dans leur organisme. Trois des cinq membres du clan, deux femmes et un homme, ont été inculpés d'enlèvement. Ils ont reconnu les faits.

(L'essentiel/arg)