Chez les Balkany

14 février 2020 20:05; Act: 14.02.2020 20:17 Print

Malaise au QG: «Il y a tout, plus le petit supplément»

Deux retraités ont fait un petit passage dans les locaux des Balkany pour apporter une enveloppe d'argent destinée au couple. La scène est surréaliste.

Sur ce sujet
Une faute?

La cour d'appel de Paris a libéré mercredi Patrick Balkany, un homme malade qui n'est plus que l'ombre du puissant baron de la droite française de jadis. Visage émacié et faible sourire aux caméras, le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est sorti en fin d'après-midi de la maison d'arrêt de la santé.

Sa femme Isabelle l'attendait dehors, accompagnée d'une foule de journalistes. «Nos trois toutous vont être tellement contents de le revoir, il va falloir essorer quelques pipis», a-t-elle notamment lancé, surexcitée.

Pendant ce temps, au quartier général des Balkany, ses administrés s'activaient. Une vidéo diffusée jeudi dans l'émission «C à vous» sur France 5 montre un couple de retraités arriver dans les bureaux du maire. La dame tend une enveloppe à un membre de l'équipe: «Il y a tout, plus le petit supplément», indique son conjoint. Mal à l'aise, son interlocuteur s'empresse alors de prévenir le couple que des micros sont «branchés» dans les locaux.

«Non non, c'est pas une invitation, ça!»

La scène tourne au grand-guignolesque quand le collaborateur transmet la fameuse enveloppe à ses collègues, la faisant passer pour une «invitation». Le retraité, qui ne comprend pas le malaise, met les pieds dans le plat: «Non non, c'est pas une invitation, ça!», insiste-t-il, avant d'enfin comprendre qu'il vaut mieux ne pas crier trop fort qu'il s'agit d'un don d'argent pour Patrick Balkany.

De retour sur le plateau de «C à vous», les réactions sont effarées. «C'est à croire qu'il a contaminé ses administrés. On baigne dans l'argent, on triche etc... C'est extraordinaire», réagit notamment Fabrice Lhomme, auteur avec Gérard Davet de plusieurs livres explosifs sur les politiques français, dont le fameux «Un président ne devrait pas dire ça» consacré au quinquennat de François Hollande.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • no vote le 14.02.2020 20:42 Report dénoncer ce commentaire

    pffff ........ et pendant ce temps là , je pense à ceux qui crèvent de faim ....pauvre gens ...

  • clemence le 15.02.2020 01:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça dépasse l’entendement. Ahurissant !

  • Effarée le 15.02.2020 00:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hallucinant....

Les derniers commentaires

  • JMMcom le 16.02.2020 17:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi j’ai aussi envoyé mon obole : 300€ pour les frais de leur avocat. Les pauvres, il faut les comprendre ! Passer si près de la détention pour une petite affaire de 13 millions d’euros non déclarés aux impôts. Ils pourront aller les chercher chez les plus pauvres, en les taxant davantage. Cigarettes, jeux de hasard, pain, légumes. Un pauvre doit rester pauvre. Un riche doit être protégé, pour pouvoir s’enrichir davantage. Vous avez notre soutien luxembourgeois et plus s’il le faut.

  • René Henri le 16.02.2020 15:38 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont été payés, pas dur à comprendre...

  • Ici aussi le 16.02.2020 13:41 Report dénoncer ce commentaire

    C’est pareil partout, sauf qu’il n’y a pas toujours une caméra...

  • The Boss le 16.02.2020 09:40 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on voit cela, on ne peut pas s'empêcher de pemser que, décidément, la c.....ie n'a pas de limites et l'on ne doit pas être étonné de voir les résultats lors d'élections!

  • Malou le 16.02.2020 01:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les pauvres : ils payaient quand même 2,700 euros d’impôt sur le revenu... par an