En Angleterre

06 août 2019 13:37; Act: 06.08.2019 14:12 Print

Quand des moines se convertissent à la bière

Confronté à une baisse de revenus tirés de ses activités fermières, un monastère britannique d'une vingtaine de frères a décidé de délaisser le lait et de miser sur l'alcool.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Aux abords de la paisible abbaye du Mont-Saint-Bernard, dans le centre de l'Angleterre, seules les effluves diffuses de malt témoignent du travail sans relâche des moines convertis à la bière artisanale. Confronté à une baisse de revenus tirés de ses activités fermières, ce monastère trappiste comptant une vingtaine de frères a décidé, ces dernières années, de délaisser le lait et de miser sur l'alcool.

Les moines ont vendu leurs vaches et ont mis cinq ans pour se doter d'une brasserie dernier cri qui peut produire désormais 300 000 bouteilles par an. Leur boisson, qui tire à 7,4 degrés, n'est que la 12e dans le monde à avoir reçu le très convoité sceau de l'Association trappiste internationale (ITA) au terme d'un examen rigoureux long de trois ans.

Derrière les épais murs de calcaire de l'édifice, des milliers de bouteilles d'ale, nom d'une bière à fermentation haute particulièrement prisée au Royaume-Uni, sortent d'un entrelacs de machines et de tuyaux ultramodernes, fabriqués sur mesure en Allemagne.

Boisson dans le vent

Ce breuvage séduit à la fois des amateurs sur le continent européen et des jeunes Britanniques, témoignant de l'attrait pour les bières artisanales. Fabriquer de la bière artisanale, boisson revenue sur le devant de la scène tout en étant associée à une tradition monastique ancestrale, n'a pas été une décision très dure à prendre mais tout n'a pas été simple pour autant.

«Nous ne savions pas vraiment qu'il y avait une révolution en cours de la bière artisanale», reconnaît l'abbé Erik. «Cela nous inquiétait un peu, tout comme les autres brasseurs trappistes qui redoutaient que trop de gens montent dans le wagon». Mais l'investissement des moines dans le projet a eu raison de ces craintes, ce qui passe par quelques aménagements dans les journées habituellement réglées comme du papier à musique et rythmées par les prières.

Un rythme monastique moderne

Un moine doit même manquer les offices le jour de production pour surveiller les machines, ce qui ne l'empêche pas de prier dans la brasserie, une tablette numérique à la main pour s'assurer qu'il chante à l'unisson de ses frères. «Nous devons vivre notre vie monastique et nous ne pouvons pas laisser la brasserie interférer trop», explique Frère Joseph, ajoutant ne produire que le nécessaire pour entretenir le monastère et abonder les œuvres caritatives.

Cette production s'inscrit toutefois pleinement dans le rythme de la vie sereine d'une abbaye. «Nous faisons nos bières de manière artisanale, nous laissons les choses se faire, nous sélectionnons les ingrédients et il y a une dimension manuelle importante dans le travail», détaille l'abbé Erik.

«Humbles»

«Ce qui me frappe c'est que cette bière est faite à partir d'ingrédients très simples, très humbles» pour un résultat «inconcevable au départ quand vous regardez le malt, le houblon, l'eau et la levure», admire-t-il, devant l'abbaye du XIXe siècle. «Je pense qu'il y a quelque chose de comparable à ce qui se passe plus profondément dans une communauté monastique».

La bière, «Tynt Meadow», du nom du bout de terrain sur lequel a été refondé l'ordre il y a deux siècles, est désormais appréciée d'un grand nombre d'amateurs mais pas vraiment de ses producteurs. «Les jours de fête, Noël et Pâques, nous pouvons la boire, dit Frère Joseph. Mais en tant que moines, nous ne sommes pas de grands buveurs».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Good luck le 06.08.2019 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Si leur business plan fonctionne et que cela leur permet de pouvoir continuer à vivre sans lancer d'appel aux dons alors tant mieux pour eux. Bonne initiative.

  • realite le 06.08.2019 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hâte de la goûter

  • Terry le 06.08.2019 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    Non mais allo quoi... je rêve? Ils sont vraiment en retard d'une guerre! En Belgique, les trapppistes produisent de la bière depuis le moyen-âge, et chaque moine a sa petite bouteille quotidienne au repas de midi.

Les derniers commentaires

  • Terry le 06.08.2019 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    Non mais allo quoi... je rêve? Ils sont vraiment en retard d'une guerre! En Belgique, les trapppistes produisent de la bière depuis le moyen-âge, et chaque moine a sa petite bouteille quotidienne au repas de midi.

  • Good luck le 06.08.2019 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Si leur business plan fonctionne et que cela leur permet de pouvoir continuer à vivre sans lancer d'appel aux dons alors tant mieux pour eux. Bonne initiative.

  • realite le 06.08.2019 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hâte de la goûter

  • Belge le 06.08.2019 14:10 Report dénoncer ce commentaire

    Faut de l argent, dieu ne paie pas assez. :-) Pale copie des belges..