Aux États-Unis

12 décembre 2019 10:38; Act: 12.12.2019 10:41 Print

Quand un conseiller de Trump invente un expert

Peter Navarro a invoqué l'expertise d'un certain «Ron Vara» s'agissant de la guerre commerciale avec la Chine. Sauf qu'il n'existe pas.

storybild

Peter Navarro à la Maison Blanche.

Sur ce sujet
Une faute?

Le principal conseiller en politique commerciale de la Maison Blanche a utilisé son alter ego fictif pour alimenter des discussions sur le conflit commercial sino-américain, a rapporté mercredi le New York Times. Peter Navarro, connu pour son hostilité envers la Chine, a diffusé une note écrite par «Ron Vara», un expert fictif qu'il a cité dans plusieurs de ses livres. «Ron Vara» n'est autre qu'une anagramme du nom de famille du conseiller, Navarro.

Dans un exercice inhabituel pour un conseiller de la Maison Blanche, le personnage fictif de M. Navarro, selon le New York Times, a estimé que Donald Trump pouvait calmer les investisseurs en se retirant publiquement d'un accord avec Pékin. «Sortez le marché de l'incertitude en n'annonçant AUCUN accord après les élections et augmentez les tarifs douaniers jusqu'à la victoire» lors de la présidentielle de 2020, écrit-il dans un mémo alors que de nouveaux droits de douane doivent entrer en vigueur dimanche. Le New York Times ne précise pas à qui a été envoyé ce mémo.

D'autres responsables virés

Selon le New York Times, Peter Navarro a confirmé «l'authenticité du mémo», qui a été envoyé à partir d'une adresse e-mail appartenant prétendument à Ron Vara. En octobre dernier, une universitaire australienne avait dévoilé que M. Navarro avait cité Ron Vara comme expert plus d'une douzaine de fois dans cinq de ses 13 livres, dans lesquels il se livrait à des critiques virulentes sur la Chine.

D'autres responsables de l'administration ont été licenciés ou ont dû démissionner quand ils ont révélé avoir inventé des qualifications, y compris un haut fonctionnaire du département d'Etat qui avait montré une fausse couverture du magazine Time avec sa photo. Pour l'heure, Peter Navarro bénéficie toujours du soutien du président.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.