Sciences

05 juillet 2018 15:52; Act: 05.07.2018 18:00 Print

Selon une étude, la plupart des études sont fausses

Un chercheur a jeté un pavé dans la mare en affirmant qu'une bonne partie des résultats des études scientifiques étaient biaisés.

storybild

(photo: Archives/Photo d'illustration)

Sur ce sujet

Il y a quelques années, deux chercheurs ont sélectionné les 50 ingrédients les plus utilisés dans un livre de recettes et regardé combien avaient été associés à un risque ou à un bénéfice face au cancer, dans diverses études publiées dans les revues scientifiques. La réponse: 40 sur 50, une liste incluant sel, sucre, farine et même persil. «Tout ce que nous mangeons est-il lié au cancer ?» se sont-ils ensuite demandé, non sans ironie, dans leur article publié en 2013.

Leur question touche à un problème connu mais persistant dans le monde de la recherche: trop d'études utilisent des échantillons trop petits pour aboutir à des conclusions généralisables. Mais la pression pesant sur les chercheurs, la concurrence entre les revues et l'appétit insatiable des médias pour des études annonçant révolutions ou découvertes majeures, fait que ces articles continuent d'être publiés.

Difficile de généraliser

«La majorité des articles publiés, même dans les revues sérieuses, sont mauvais», dit à l'AFP l'un des auteurs, John Ioannidis, professeur de médecine à Stanford, spécialisé dans l'étude des études. Ce pourfendeur de la mauvaise recherche scientifique a démontré en 2005 dans un article retentissant: «Pourquoi la plupart des études publiées sont fausses». Depuis, dit-il, seuls quelques progrès ont été faits.

Seul un tiers de 100 études publiées dans les trois revues de psychologie les plus prestigieuses ont pu être reproduites par des chercheurs, lors d'une analyse publiée en 2015. La médecine, l'épidémiologie, les essais cliniques de médicaments et les études sur la nutrition ne font guère mieux, insiste John Ioannidis, notamment lors de réplications. «Dans les sciences biomédicales et ailleurs, les scientifiques n'ont qu'une formation superficielle en statistiques et en méthodologie», ajoute John Ioannidis. Trop d'études portent sur seulement quelques individus, empêchant de généraliser à une population entière, car les participants retenus ont peu de chance d'être représentatifs.

Transparence?

«Le régime alimentaire est l'un des domaines les plus consternants», continue le professeur Ioannidis, et pas seulement à cause des conflits d'intérêts avec l'industrie agroalimentaire. Les chercheurs partent souvent en quête de corrélations dans d'immenses bases de données, sans hypothèse de départ. En outre, «mesurer un régime alimentaire est extrêmement difficile», explique-t-il. Comment quantifier exactement ce que les gens mangent? Même quand la méthode est bonne, avec une étude où les participants sont choisis aléatoirement, l'exécution laisse parfois à désirer.

Une célèbre étude de 2013 sur les bienfaits du régime méditerranéen contre les maladies du cœur a dû être retirée en juin par la plus prestigieuse des revues médicales, le New England Journal of Medicine, car les participants n'avaient pas tous été recrutés aléatoirement.

Alors que retenir dans le flot d'études publiées chaque jour? John Ioannidis recommande de se poser les questions suivantes: telle étude est-elle isolée, ou renforce-t-elle des travaux existants ? L'échantillon est-il petit ou grand ? Est-ce une expérience randomisée? Qui l'a financée? Les chercheurs sont-ils transparents?

Café et vin rouge

Ces précautions sont fondamentales en médecine, où les mauvaises études contribuent à l'adoption de traitements au mieux inefficaces, et au pire néfastes.

Dans leur livre «Ending Medical Reversal», Vinayak Prasad et Adam Cifu égrènent des exemples terrifiants de pratiques adoptées sur la base d'études qui ont été invalidées des années après, comme la pose de stents (mini prothèses) dans une artère du cerveau pour réduire le risque d'accident vasculaire cérébral. Ce n'est qu'au bout de dix ans qu'une étude rigoureuse a montré que la pratique... augmentait en fait le risque d'AVC.

La solution passe par le resserrement collectif des critères de l'ensemble des acteurs de la recherche, et pas seulement les revues: universités, agences de financement public, laboratoires... Mais ces institutions sont toutes soumises à la concurrence. «Le système n'incite pas les gens à aller dans la bonne direction», dit à l'AFP, Ivan Oransky, journaliste cofondateur du site Retraction Watch, qui couvre les retraits d'articles scientifiques. «Nous voulons développer une culture où on récompense la transparence».

Le problème vient aussi des médias, qui doivent selon lui mieux expliquer à leurs lecteurs les incertitudes inhérentes à la recherche scientifique, et résister au sensationnalisme. «Le problème, c'est la succession sans fin d'études sur le café, le chocolat et le vin rouge», se plaint-il. «Il faut qu'on arrête».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 05.07.2018 16:21 Report dénoncer ce commentaire

    Les compagnies pharmaceutiques feraient n'importe quoi pour vendre des nouveaux médicaments même s'ils sont dangereux et les médecins ne sont pas au-dessus de tout soupçon non plus parfois ...

  • Sowat le 05.07.2018 18:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    excellent le titre de l'article

  • menfout le 06.07.2018 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Reflets de notre société : 1) on veut beaucoup à moindre coût, d'où les études sont faites avec des moyens ric-rac. 2) on veut des gagneurs, donc il faut tout mesurer, et celui qui produit le plus d'études est le mieux côté, même si les études ne valent pas tripette. Bienvenue au 21e siècle.

Les derniers commentaires

  • La Mouche le 06.07.2018 14:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ce qui serait plus utile, ce serait d'annoncer quelle compagnie a financé les recherches...

  • NomdeNom le 06.07.2018 14:34 Report dénoncer ce commentaire

    Selon une étude la plupart des études sur les études sont fausses

  • Serpent qui s'mord la queue le 06.07.2018 12:47 Report dénoncer ce commentaire

    Et qui lui dit que son étude n'est pas fausse à son tour?

  • menfout le 06.07.2018 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Reflets de notre société : 1) on veut beaucoup à moindre coût, d'où les études sont faites avec des moyens ric-rac. 2) on veut des gagneurs, donc il faut tout mesurer, et celui qui produit le plus d'études est le mieux côté, même si les études ne valent pas tripette. Bienvenue au 21e siècle.

  • Merci le 06.07.2018 07:58 Report dénoncer ce commentaire

    Un bon article du vendredi, j'adore !