Mesure sanitaire

31 mai 2020 10:18; Act: 31.05.2020 11:01 Print

Toucher les macaques va être interdit à Gibraltar

Afin de protéger les primates contre le Covid-19, les autorités de Gibraltar prévoient une loi interdisant de les toucher. Cette action sera considérée comme un délit.

storybild

Les macaques vivent à l'état sauvage à Gibraltar. (photo: AFP/Jorge Guerrero)

Sur ce sujet
Une faute?

Toucher les macaques de Gibraltar, très appréciés des touristes, va devenir un délit dans cette enclave britannique dont le gouvernement veut protéger ces primates du nouveau coronavirus. Le gouvernement de Gibraltar a «publié un projet de loi pour modifier la loi sur les animaux (Animals Act) afin que le fait de toucher les macaques ou toute autre interférence dans le comportement naturel de ces animaux devienne un délit», a-t-il indiqué.

«Les interférences dans la vie des macaques de Barbarie ont toujours été considérées comme nocives pour eux», car elles peuvent les «exposer à des maladies humaines», poursuit le gouvernement en rappelant que ces primates ont déjà attrapé par le passé l'hépatite A. «Nous pouvons presque dire avec certitude que les macaques n'ont pas attrapé le Covid-19" et il faut "minimiser le risque qu'ils ne l'attrapent et ne tombent malades ou meurent», insiste le gouvernement de Gibraltar. Il était jusqu'ici déjà illégal de nourrir les macaques sous peine de recevoir une amende de 500 livres (555 euros).

Ces macaques vivent en haut du Rocher dominant cette enclave britannique située à l'extrême sud de l'Espagne. Les touristes peuvent y accéder grâce à un téléphérique. Le gouvernement de Gibraltar les présente comme le «seul primate vivant à l'état sauvage en Europe» et pense que leur présence dans la zone remonte au temps de la présence musulmane dans la péninsule ibérique à partir du VIIIe siècle. Avec 161 cas confirmés pour plus de 30 000 habitants, Gibraltar a été peu touché par le coronavirus, alors que l'Espagne voisine est l'un des pays les plus affectés au monde par la pandémie, avec plus de 27 000 morts.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Robinet des Bosquets le 31.05.2020 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    Essayer d'en caresser un et vous repartez avec une main en moins...

  • Vlad le chocolat le 31.05.2020 13:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ailleurs aussi, il faut interdire de toucher les macaques...au Luxembourg, aussi lol

  • TontonB le 31.05.2020 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    Distanciation sociale ?

Les derniers commentaires

  • John Doe le 01.06.2020 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    enfin à part les macaques et les casinos à Gibraltar, il n'y a pas grand chose à voir !

  • Guy THOMAS le 01.06.2020 13:48 Report dénoncer ce commentaire

    ça me parait très difficile. C'est eux qui vous sautent dessus ou entrent dans les voitures pour avoir a manger!

  • nickname le 01.06.2020 11:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Robinets des Bosquets: Moi c’était l’antenne de la voiture qui était en moins

  • Règle d'or le 01.06.2020 11:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut absolument ÉVITER TOUT CONTACT PHYSIQUE avec les animaux sauvages. Que ce soit un renard au Luxembourg, un macaque à Gibraltar ou un caméléon en Afrique du Sud, le contact est néfaste pour nous comme pour eux. Vous pouvez caresser votre chat, pas un chat des rues. Quant au gibier il doit être abattu par des professionnels, genre gardes forestiers, ou des chasseurs licenciés. Point barre.

  • bob le 01.06.2020 10:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela va entraîner une nouvelle colère de Brigitte Bardot