En 2020

03 décembre 2020 13:19; Act: 03.12.2020 14:05 Print

Un dénommé Adolf Hitler vient de gagner une élection

Un homme politique du nom d'Adolf Hitler a été élu en Namibie. Mais il n'a «aucune intention de dominer le monde», assure-t-il.

storybild

Adolf Hitler Uunona assure qu'il n'a rien à voir avec le leader du parti nazi.

Sur ce sujet
Une faute?

Il s'appelle Adolf Hitler, est âgé de 54 ans, et il vient de remporter une élection avec 85% des suffrages. Non, il ne s'agit pas d'un triste remake de l'épouvantable ascension du parti nazi dans les années 30, mais bien d'une élection démocratique... en 2020. «L'événement» a eu lieu en Namibie, où Adolf Hitler Uunona, de son nom complet, a été élu lors d'un scrutin régional sous l'étiquette du parti SWAPO, qui dirige la Namibie depuis 20 ans.

Forcément, le patronyme et prénom de cet homme politique namibien peuvent laisser circonspect en Europe, où le nom d'Hitler, voire même le prénom Adolf, sont dans l'imaginaire collectif des synonymes de barbarie, 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah. Le Namibien l'assure, il n'a pourtant «aucune intention de dominer le monde, et rien à voir avec l'idéologie nazie».

«Quand j'étais enfant, je voyais cela comme un nom normal»

«Mon père m'a donné ce nom. Il ne savait probablement pas ce qu'Hitler représentait. Quand j'étais enfant, je voyais cela comme un nom normal. C'est seulement à l'adolescence que j'ai compris que cet homme voulait conquérir le monde», a-t-il poursuivi. Malgré la (mauvaise) publicité, M. Hitler estime qu'il est «trop tard» pour changer de nom.

Reste que le choix de ce nom est tout sauf anodin dans ce pays d'Afrique australe, indépendant depuis 1990. Colonisée par les Allemands à la fin du XIXe siècle, l'actuelle Namibie était le Sud-Ouest africain allemand jusqu'à l'invasion de l'Union d'Afrique du Sud en 1915. Une période sombre au cours de laquelle des dizaines de milliers d'autochtones ont été massacrés par des soldats allemands.

Depuis plusieurs années, des voix s'élèvent pour demander réparation. L'année passée, un ministre allemand a même reconnu ces crimes comme «génocide». La Namibie demeure une destination privilégiée des touristes allemands en Afrique. Environ 25 000 Blancs de Namibie revendiquent leurs origines allemandes.

(Thomas Holzer/L'essentiel)