Au Japon

12 février 2019 10:35; Act: 12.02.2019 11:38 Print

Un jardinier lance un SOS après un vol de bonsaïs

Des arbustes vieux de plusieurs siècles ont été volés en banlieue de Tokyo. Celui qui les a cultivés lance un appel à l'aide.

storybild

L'art du bonsaï est très prisé au Japon. (photo: AFP/Kazuhiro Nogi)

Sur ce sujet
Une faute?

Un spécialiste japonais de la confection de bonsaïs, ces arbres miniatures qui ont l'apparence des grands, a lancé un SOS après le vol de spécimens multiséculaires de grande valeur, dont un genévrier noueux de 400 ans. «C'est le trésor de notre famille, des pièces que je n'aurais jamais vendues, même contre 10 millions de yens (80 000 euros)», a déclaré à l'AFP Seiji Iimura, jardinier de bonsaïs de cinquième génération qui entretient un jardin à Kawaguchi, dans la préfecture de Saitama en banlieue de Tokyo.

L'art traditionnel du bonsaï est perpétué et porté à la perfection au Japon. Il consiste à cultiver en pot un arbuste en lui donnant par différentes techniques l'allure d'un arbre de grandes dimensions qui aurait traversé les décennies et subi maintes intempéries. Au total, sept bonsaïs d'une valeur estimée globalement à plus de 7 millions de yens (56 000 europs) ont été subtilisés à M. Iimura le mois dernier.

«Élevés comme nos enfants»

«Bien sûr, je déteste la personne qui les a volés, mais je veux lui dire, "s'il vous plaît, arrosez-les et s'il vous plaît, prenez soin d'eux"», a poursuivi M. Iimura. «Je serais triste s'ils mouraient», a de son côté écrit son épouse Fuyumi sur Facebook, car ces bonsaïs ont été élevés «comme nos enfants», ajoute-t-elle. M. Iimura s'occupe de quelque 3 000 bonsaïs dans son jardin de 5 000 mètres carrés, pour le bonheur visuel des passants. «Malheureusement, nous avons dû renforcer la sécurité en installant des caméras après le vol», regrette-t-il.

«Vous savez, le bonsaï est une nature miniature. Regarder un bonsaï, c'est comme traverser une montagne tout en étant à la maison», souligne M. Iimura. Beaucoup de bonsaïs japonais sont exportés. En 2018, le Japon a expédié à l'étranger pour environ 12 milliards de yens (96 millions d'euros) d'arbres, de bonsaïs et de fleurs en pot, contre 4,5 milliards de yens il y a une dizaine d'années.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.