Au Pakistan

15 juin 2019 17:45; Act: 15.06.2019 17:49 Print

Un ministre victime du «filtre chat» de Facebook

Un homme politique pakistanais avait des oreilles et de moustaches de chat virtuelles lors d'une conférence de presse, à cause de l'activation du «filtre chat» de Facebook.

Sur ce sujet
Une faute?

Un homme politique de la province du Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord-ouest du Pakistan, s'est vu affubler d'oreilles et de moustaches de chat virtuelles lors d'une conférence de presse retransmise vendredi sur Facebook live, suscitant l'hilarité sur les réseaux sociaux. «Le ministre s'est transformé en chat», a commenté un internaute, alors qu'un autre, plus sobrement, écrivait «miaou, miaou, miaou».

L'évènement se tenait à Peshawar, la grande ville du Nord-Ouest et capitale du Khyber Pakhtunkhwa. Shaukat Yousafzai, le ministre de l'Information de cette province, y est apparu coiffé d'oreilles roses, des moustaches noires surplombant ses propres bacchantes. Le «filtre chat» a été «activé par erreur et non intentionnellement. C'était un accident», a expliqué à l'AFP M. Yousafzai. «Je n'étais pas le seul. Deux responsables assis à côté de moi ont aussi été touchés par le filtre chat», a-t-il poursuivi d'un ton léger, appelant à «ne pas prendre tout prendre au sérieux».

La vidéo, également vue par un journaliste de l'AFP, a été effacée quelques minutes après la conférence de presse de la page Facebook du Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), le parti du Premier ministre Imran Khan, qui dirige la province du Khyber Pakhtunkhwa. Des images sont toutefois encore visibles sur les réseaux sociaux. Bien que des internautes aient pointé l'incohérence, le «filtre chat» est resté actif tout au long de la conférence de presse. Dans un communiqué, l'équipe en charge des réseaux sociaux pour le PTI a qualifié l'incident d'«erreur humaine». «Toutes les actions nécessaires ont été prises pour éviter un tel incident dans le futur», a-t-il été ajouté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.