Royaume-Uni

30 mars 2021 17:49; Act: 30.03.2021 18:09 Print

Un musée du Brexit lance un appel aux dons

Un groupe de militants a lancé un appel aux dons d’argent et d’objets pour un musée du Brexit, après que le projet controversé a obtenu le statut d’association d’utilité publique.

storybild

(photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le projet d’un musée du Brexit avait vu le jour peu après le référendum de 2016, avant que ses promoteurs appellent les Britanniques à donner des objets ayant un lien avec la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne dans différents points de collecte à travers le pays.

Il a à présent obtenu un statut qui permettra à ses bienfaiteurs de déduire les dons de leurs impôts, selon Gawain Towler, porte-parole du futur musée.

Réactions sur les réseaux sociaux

Ouvrir un musée n’est plus «un rêve inaccessible», grâce à la promesse de «don raisonnable» d’un soutien anonyme, qui signifie que les organisateurs vont pouvoir se lancer dans la recherche de locaux à acheter, a ajouté M. Towler qui, dans le passé, a été porte-parole de l’UKIP, parti europhobe autrefois dirigé par Nigel Farage (extrême droite).

L’annonce a entraîné des réactions de colère sur les réseaux sociaux, à coup d’images de l’impact négatif du Brexit, files d’attente de camions pour traverser la Manche et rayonnages vides dans les supermarchés. «C’est comme ouvrir un musée du Blitz en 1941», a tweeté l’écrivaine et comédienne Katy Brand, en référence aux bombardements du Royaume-Uni par l’Allemagne nazie au début de la Seconde Guerre mondiale.

Selon un sondage en ligne fait par le quotidien de droite Daily Telegraph, 70% de ceux qui ont répondu ne visiteraient pas un tel musée.

Une «colère toujours viscérale» autour du Brexit

Les promoteurs du projet espèrent implanter le musée dans la région ouvrière des Midlands, qui a largement voté pour le Brexit, selon M. Towler. Ils prévoient une mise en route «très modeste», a-t-il ajouté, espérant lever environ 700 000 livres sterling (près de 820 000 euros) et embaucher un conservateur professionnel. L’ouverture n’est pas attendue cette année.

Soutenant l’idée, Nigel Farage n’a cependant aucun rôle, a poursuivi le porte-parole, expliquant qu’il lui demanderait néanmoins «probablement un de ses costumes rayés», malgré tout. Le musée cherche des prospectus pour des réunions de pubs, «des choses qui sont généralement dans des cartons chez les gens», mais recueillera aussi «certainement» des objets d’opposants au Brexit.

Toutefois, a-t-il défendu, ce lieu culturel ne sera pas tenu d’être équilibré puisque la campagne pour l’intégration européenne est déjà largement documentée ailleurs. Il espère pouvoir offrir des ressources pour des chercheurs, a ajouté M. Towler, admettant que la «colère est toujours viscérale» autour du Brexit.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.