France

09 juin 2021 20:47; Act: 10.06.2021 12:14 Print

Un Picasso «au milieu des bières et des pastèques»

Un tableau du célèbre peintre espagnol a été installé dans un supermarché de la banlieue parisienne, avant l’arrivée d’un «Centre Pompidou francilien» en 2025.

Sur ce sujet
Une faute?

Un tableau de Picasso «au milieu des citrouilles, des pastèques et des bières» dans un supermarché de la banlieue parisienne. L’Essonne, un département populaire au sud de Paris, accueille des oeuvres du musée national d’Art moderne avant l’ouverture en 2025 d’un «Centre Pompidou francilien».

«Ça me fait quelque chose»

Sorti des collections d’un des plus importants musées d’art moderne et contemporain au monde, le centre Pompidou, «L’Atelier» de Pablo Picasso intrigue mercredi les clients de ce supermarché de l’Essonne venus faire leurs courses, qui se demandent tous «si c’est un vrai». Assez discrets, des pompiers, policiers et agents de sécurité de l’hypermarché veillent au grain.

Ibrib Joanne n’en revient pas. «Ça me fait quelque chose», affirme cette secrétaire-comptable d’une voix douce, sans que son regard ne parvienne à se détacher de ce tableau aux dominantes marron, qui dépeint l’intérieur de l’atelier de Pablo Picasso dans une villa de Cannes, et qu’il a exécuté en 1955 à la mémoire de son ami Henri Matisse.

Une modeste cimaise a été érigée devant les rayonnages, avec un espace de circulation dégagé pour que les clients de ce supermarché situé entre deux villes de moins de 60’000 habitants à elles deux puissent contempler l’oeuvre du peintre cubiste venue jusqu’à eux.

«On peut emmener les enfants facilement ici alors que c’est souvent difficile d’aller à Paris», témoigne Aline Vidal, retraitée de 66 ans accompagnée de ses deux petites-filles de 5 et 6 ans.

«Là où est la réalité»

Les activités culturelles dans l’Essonne sont «répétitives» et, là, «les enfants accrochent», se réjouit Laetitia Leleu, animatrice en centre de loisirs, accompagnant une quinzaine d’enfants qui ont posé moult questions aux médiateurs.

«Je suis ravi que cette oeuvre soit présentée au milieu des citrouilles, des pastèques et des bières», s’enthousiasme Serge Lasvignes, le président du Centre Pompidou, «là où est la réalité, là où est la vie des gens».

«Ce n’est pas la collection du Centre Pompidou mais celle de la France, car elle est nationale, et nous la partageons avec tous les Français, où qu’ils soient», argumente-t-il.

«Jouer la carte Massy»

Cette exposition éphémère et insolite s’inscrit dans le cadre de l’implantation à Massy (Essonne) d’un «Centre Pompidou francilien» prévue pour décembre 2025.

Ce pôle de 25 000 m² accueillera notamment la totalité des collections du Centre Pompidou dans ses réserves, soit environ 120 000 œuvres. Elles sont aujourd’hui jalousement gardées dans le nord de Paris, dans un lieu qui n’est «plus adapté», explique à l’AFP Julie Narbey, directrice générale du Centre Pompidou.

Un appel à projet a été lancé pour choisir un nouveau lieu pour ces réserves. Dans la région parisienne, car les oeuvres ont vocation à être prêtées, à voyager, et doivent donc rester à proximité de la capitale.

Outre les réserves, un lieu d’exposition de 1000 m² est prévu, et 1500 m² seront consacrés aux activités (auditorium, salles de médiation, espaces modulables, lieu de vie convivial, etc.). Budget de l’opération: 64 millions d’euros, «largement financé par les collectivités», reconnaît Julie Nabey – dont la Région, le département, la communauté d’agglomération Paris-Saclay et la Ville de Massy.

Depuis 2019, des actions de préfiguration sont menées en amont de l’ouverture de ce pôle, parmi lesquelles l’exposition d’œuvres des collections du Musée national d’Art moderne en Ile-de-France, dans des écoles, des hôpitaux, des centres sportifs, pour «amener l’art là où il n’est pas», selon la directrice générale du Centre Pompidou.

Fin 2023, le Centre Pompidou, situé au centre de Paris, fermera temporairement ses portes pour faire peau neuve, avec une réouverture prévue au début de l’année 2027, l’occasion pour son président Serge Lasvignes «de jouer à fond la carte Massy».

(L'essentiel/AFPE)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • blu le 10.06.2021 07:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un vrai ??? Hummm

  • Charles le 09.06.2021 21:48 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo, c'est audacieux et cela touche beaucoup de gens qui ne vont pas dans les musées par manque de moyens, temps... Vraiment génial comme nouvelle

  • Dark le 11.06.2021 00:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'art c'est quoi au juste ???

Les derniers commentaires

  • Dark le 11.06.2021 00:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'art c'est quoi au juste ???

  • Dark le 11.06.2021 00:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je préfère la bière.

  • veritis le 10.06.2021 13:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une insulte a l'art !

  • momolux le 10.06.2021 12:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la "culture" et la bière

  • blu le 10.06.2021 07:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un vrai ??? Hummm

    • Nada le 10.06.2021 15:52 Report dénoncer ce commentaire

      lol.. non une copie.. ils sont fous mais pas á ce point.. ahah