Piratage de Twitter

06 août 2020 09:25; Act: 06.08.2020 10:14 Print

Une audience interrompue par du porno

Des hackers ont fait des intrusions lors de l’audience — en téléconférence — du cerveau présumé du piratage de Twitter, interrompant les débats avec du porno et du rap.

storybild

Les pirates ont, selon Twitter, ciblé une poignée de salariés via une opération d’hameçonnage par téléphone, afin d’obtenir leurs identifiants. (Photo LOIC VENANCE / AFP) (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une audience, en téléconférence, de l’Américain de 17 ans accusé d’être le cerveau du piratage à la mi-juillet de comptes Twitter de personnalités a été interrompue mercredi par une vidéo pornographique, des cris et de la musique rap, rapportent des médias américains. Organisée sur Zoom, elle devait permettre de discuter de la caution de 725 000 dollars fixée pour le résident de Tampa, en Floride, qui avait plaidé non coupable la veille de la spectaculaire attaque contre le réseau social.

Les interruptions ont été tellement fréquentes que le juge du tribunal local devant lequel l’adolescent comparaissait virtuellement a été contraint de suspendre temporairement l’audience, selon le journal Tampa Bay Times. Elle a repris peu après et, malgré les nouvelles intrusions répétées de hackers usant de pseudonymes comme CNN ou BBC, le juge a pu se prononcer contre la réduction de la caution demandée par les avocats du jeune homme.

Trois arrestations

Ce dernier a été arrêté vendredi avec deux jeunes de 19 et 22 ans, dont l’un réside au Royaume-Uni, et est inculpé notamment de fraude électronique. Les enquêteurs le considèrent comme le cerveau de cette cyberattaque qui aurait permis de récolter plus de 100 000 dollars en cryptomonnaie.

Les pirates ont, selon Twitter, ciblé une poignée de salariés via une opération d’hameçonnage par téléphone, afin d’obtenir leurs identifiants. Ils ont ensuite attaqué 130 comptes, dont ceux de l’ancien président américain Barack Obama, du candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden et des fondateurs d’Amazon, Jeff Bezos, de Microsoft, Bill Gates, ou de Tesla, Elon Musk.

À partir de ces comptes, ils ont envoyé des messages aguicheurs incitant les abonnés à envoyer des bitcoins, une cryptomonnaie, soi-disant en échange du double de la somme envoyée. L’attaque a écorné l’image de Twitter et relancé les débats sur la sécurité informatique à trois mois de la présidentielle américaine.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.