Au Canada

06 septembre 2018 11:48; Act: 06.09.2018 11:49 Print

Virée car elle ne portait pas de soutien-​​gorge

L’affaire fait grand bruit au Canada: une jeune femme affirme avoir été licenciée, car elle refusait de porter un soutien-gorge. La justice a été saisie.

storybild

Christina a saisi la justice. (photo: CBC News)

Une faute?

«J’ai des tétons mais les hommes aussi»: Christina Schell, 25 ans, est furieuse depuis qu’elle a perdu son emploi de serveuse dans un golf, dans l’ouest canadien, au motif qu’elle ne portait pas de soutien-gorge. «Les femmes doivent porter soit un débardeur soit un soutien-gorge sous leur chemise de travail», stipulait le code vestimentaire de l’établissement.

Sauf que la jeune femme a abandonné ce sous-vêtement il y a deux ans, le trouvant trop inconfortable et que travaillant en extérieur, sous une chaleur accablante, elle a également décidé de faire fi du débardeur. Son manager l'a remarqué et lui a rappelé les règles. Christina s’en est moquée et s'est rapidement vu notifier son renvoi. Elle a depuis saisi le tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique pour discrimination.

Raisons de sécurité

Et elle pourrait avoir gain de cause comme l’a confié l’avocate en droit du travail, Nadia Zaman, à CBC News qui s’est saisie de l’affaire. Elle souligne qu’un employeur ne peut imposer un tel code vestimentaire que pour des raisons de sécurité. Un argument que devrait sans doute utiliser l’employeur de Christina qui a justifié ses règles, car il «sait ce qui se passe dans le club de golf quand il y a de l’alcool». Pas sûr que ce raisonnement convainc la justice de la Colombie-Britannique, très à cheval sur le sujet: l'année dernière, elle a interdit aux employeurs d’obliger leurs employées à porter des talons hauts au travail.

De même, dans l'Ontario, en 2016, après de nombreuses plaintes notamment de serveuses, la justice avait émis un avis affirmant que l'obligation pour des employées de porter des talons aiguilles, des vêtements décolletés plongeants ou des jupes courtes pourrait être contraire au Code des droits de la personne de l'Ontario.

(mc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • La Mouche le 06.09.2018 17:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprends pas. Le dress code de l'entreprise est fixé pour tout le monde. Chez moi c'est costume, chemise, pantalon à pinces. Si je viens en t-shirt et bermuda et qu'on me fait la réflexion une deux trois fois et que je continue a n'en faire qu'à ma tête, je trouverais ça normal de me faire virer! Je suis le premier a critiquer les abus des patrons, mais la, je les défends (ce qui me fait un peu bizarre d'ailleurs)...

  • mosellan le 06.09.2018 11:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "stipulait le code vestimentaire de l’établissement" elle a certainement signe le règlement intérieur avant d'accepter le travail si ça ne lui plaisait elle aurait du faire un autre job.

  • Une autre femme le 06.09.2018 12:44 Report dénoncer ce commentaire

    Je n'en porte pas non plus de temps en temps, où est le problème?

Les derniers commentaires

  • naafout J-1211 le 07.09.2018 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    la question n'est pas d'avoir le droit de mettre des sous vetements ou pas,il faut savoir s'habiller en consequences,genre pas un tee-shirt leger ou chemisier transparent sans soutien gorge....l'article ne dit pas si le chef d'entreprise est une femme d'age avancé qui est jalouse de ne plus pouvoir se passer de soutien-gorge ....

  • div57 le 07.09.2018 08:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les hommes en surpoids qui ont parfois autant de seins qu'une femme, on les oblige aussi à porter un soutien-gorge ?!

  • Distributeur de baffes le 07.09.2018 07:45 Report dénoncer ce commentaire

    Est ce que les conditions de travail ne deviennent pas assez pénibles au fil du temps pour encore devoir mettre des batons dans les roues? Et si le travail est bien fait? L'employeur, il s'attaque clairement à l'intégrité et l'intimité d'une femme. Encore faut-il oser et être sûr de dénoncer qu'elle n'a pas porté de soutien de gorge.

    • Jérome Ford le 07.09.2018 11:36 Report dénoncer ce commentaire

      C'est plus fort qu'eux certains hommes éprouvent le besoin violent et irrepressible de domination et de cohercition sur les femmes.

  • Andrea le 07.09.2018 05:00 Report dénoncer ce commentaire

    Le patron d'une entreprise decide l'image qu'il veut donner à son entreprise et donc l'uniforme. Point. Soit on fait partie de l'entreprise et donc on donne la meme image, soit on en fait pas partie.

    • Metwurst le 07.09.2018 09:03 Report dénoncer ce commentaire

      On parle de sous vetements.

    • Claire Jacqques le 07.09.2018 11:39 Report dénoncer ce commentaire

      Certains patrons estiment encore que leurs employés et plus particulièrement les femmes ne sont que du bétail et qu'ils sont en droit de régir tous les aspects de leur vie.

  • Emilien le 06.09.2018 23:13 Report dénoncer ce commentaire

    C'est comme si je décidais d'aller bosser en short et T-shirt parce que c'est plus confortable alors que mon contrat prévoit clairement une tenue business. Ce qui est réellement choquant c'est de signer un contrat tout en étant informé des règles, refuser de les respecter, puis se plaindre des conséquences. Que je sache, personne n'a pointé une arme sur elle pour l'obliger à accepter.

    • Sam1952 le 07.09.2018 08:12 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait d’accord avec vous !. Si tout le monde fait sa loi , quel désastre !

    • Bate de Baseball le 07.09.2018 11:06 Report dénoncer ce commentaire

      Deux poids deux mesures. Comparons ce qui est comparable

    • @Emilien le 07.09.2018 11:42 Report dénoncer ce commentaire

      Je dirais plutôt que c'est comme si votre patron avait stipulé dans votre contrat de travail que vous aviez l'obligation de travailler avec un godmiché dans le fondement.

    • Emilen le 07.09.2018 20:02 Report dénoncer ce commentaire

      @Emilien: C'est pourtant pas compliqué. A ce moment-là je n'aurais pas signé le contrat…