Environnement au Luxembourg

18 mars 2016 13:44; Act: 18.03.2016 17:56 Print

La campagne «ouni Pestiziden» est lancée

BETZDORF - Le ministère de l'Environnement a lancé, ce vendredi matin, la campagne «ouni Pestiziden» dans la commune pilote de Betzdorf.

storybild

La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, entourée par l'équipe de la commune de Betzdorf et du bourgmestre Edgard Arendt. (photo: L'essentiel/Frédéric Lambert )

  • par e-mail
Sur ce sujet
op Däitsch

La campagne «ouni Pestiziden» durera du lundi 20 au mercredi 30 mars et c'est déjà la 7e fois que le Grand-Duché participe à l'opération qui se déroule au niveau européen. «On veut sensibiliser la population et leur expliquer que c'est aujourd'hui possible d'aménager un jardin sans le moindre pesticide», affirme Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement. En plantant symboliquement des petites fleurs, ce vendredi matin, dans un parterre de la commune de Betzdorf, la ministre a rappelé que depuis le 1er janvier 2016, l'utilisation des pesticides était tout simplement interdit dans l'espace public.

Le bourgmestre de Betzdorf, Edgard Arendt en a profité pour indiquer que sa commune était déjà à l'origine de ce type d'opération depuis 2007. «L'idée a germé petit à petit et nos jardiniers ont peu à peu changé leur manière de travailler», souligne le bourgmestre de cette commune rurale de 3 500 habitants. «Habituer nos ouvriers à une certaine méthode de travail ou encore sensibiliser la population prend un certain temps, mais depuis 2011, nous avons totalement renoncé aux pesticides sur les places publiques».

«Attention aux sources»

42 communes luxembourgeoises participent cette année à l'opération. Autant de communes rurales «où l'engagement est plutôt naturel» que des villes plus importantes comme Luxembourg «dont les services sont très compétents pour expliquer la campagne à la population». «Réduire le nombre de pesticides, c'est de toute façon une opération win-win», ajoute la ministre de l'Environnement. «C'est cher au niveau du traitement et ce n'est pas bon pour la santé».

Changer immédiatement ses habitudes n'est cependant pas à la portée de tous rapidement. «Quand un agriculteur a prévu un certain rendement, il ne peut pas, du jour au lendemain, changer complètement de méthode de travail. Il faut tout d'abord réduire progressivement l'utilisation des pesticides avant de les abandonner complètement», rappelle Edgard Arendt, bourgmestre de Betzdorf. «Mais nous restons très attentifs, car nous ne voudrions pas que nos propres sources d'eaux situées dans la forêt domaniale soient un jour contaminées».

Retrouvez l'intégralité des interviews réalisées, ce vendredi matin, avec Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement et Edgard Arendt, bourgmestre de Betzdorf.

Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement.

Edgard Arendt, bourgmestre de Betzdorf


(FL/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • vindulux le 18.03.2016 15:25 Report dénoncer ce commentaire

    Cela fait sept ans que l’on fait des discours… et nous allons attendre 2020 pour l’installation d’un traitement multi barrières pour éliminer d’avantage de résidus dans la station Sebes du lac de Esch sur Sûre qui fournie la majeure partie de l’eau potable du GDL. La ministre de l’environnement n’ignore donc pas que l’eau du lac n’est « pas sure ».

  • Simon le 18.03.2016 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo! Surtout dans un pays riche comme le Luxembourg, l'utilisation des pesticides devrait etre limitée ou meme suprimée.

  • Sommes nous green et clean ? le 18.03.2016 15:25 Report dénoncer ce commentaire

    J'espère que toutes les "chemical companies" ne font pas de l'optimisation fiscale via le Luxembourg ... Nous serions dès lors, à nouveau, hypocrites et donneurs de leçons gratuites tout en bénéficiant de rentrées d'argents gonflées aux pesticides et autres OGM

Les derniers commentaires

  • nomi le 20.03.2016 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    Wann et am Guart ohni Pestiziden geet, dann geet et och an der Landwirtschaft ohni. Et gett vill Brennesselen fir Piff ze machen ! Wei' ass et dann mat Secherheet an Gesondheet ob der Arbechtsplaatz vum Bauer an de Leit dei no bei de Felder wunnen ? Wann d'Landwirtschaft virun dei' Mettel benotzt, mussen d'Felder an Quantitei'ten an enger Datenbank transparent fir jidereen angefo'uert ginn !!!!

  • Gehierlähmten Gëftfrësser le 20.03.2016 08:10 Report dénoncer ce commentaire

    Wat eng Verantwortungslosegkeet vun onseren Politiker!!! Mir mussen weiderhin gesprëtzte Gëfter friëssen fir en héigen Ertrag ze kréien, och wann keen dat iwerliëft!!! Haptsach, den €profit ass héich, de Rescht intresséiert keen!!!Schliesslech geséit en d'Gëfter jo net méih, wann se am Brout a Geméis verstoppt sin oder d'Déieren se gefriess hun, déih mir dann iessen! Et geht just drems, dat d'Biokiller weiderhin kënnen agesat gin an Kriebsprofit fir d'Pharma rabrëngen. Den Netrespekt vun Planz, Déier, Insekt a Mensch bezuële mir mat onserer Gesondheet, brëngt ons ëm a läscht ons Zukunft aus ..

  • lol le 19.03.2016 10:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui me fait rire c'est les 3 500 habitants sur la commune au dernier rapport communal Betzdorf comptait 4 650 habitants !

  • paysan français le 18.03.2016 17:40 Report dénoncer ce commentaire

    Il est urgent d'y penser. Avez-vous protégez vos sources d'eau potable sur plusieurs centaines d'ha pour éviter la pollution chimique ?

  • fde7830 le 18.03.2016 16:18 Report dénoncer ce commentaire

    les pesticides ne servent a rien ds nos villes. Les "mauvaises herbes" font parties de la bio diversité et nourrissent les insectes. De plus, on peut limiter le development des ces herbes avec des produit naturel ou beaucoup moins nocifs pr le reste de l'environement don't nous faisons parties. Pas etonant qu on commence a trouver des traces de pesticides dans les eaux minerales...

    • Ouais le 20.03.2016 14:39 Report dénoncer ce commentaire

      Exact mais le problème est que certaines communes et certains clubs de jardins vous forcent de les enlever!