Pollution de la Sûre

09 octobre 2014 19:13; Act: 10.10.2014 14:20 Print

Des sources également contaminées

LUXEMBOURG – Les dernières analyses ont révélé la présence de pesticides dans des eaux souterraines. Les normes de tolérance vont être très largement augmentées.

storybild

Le gouvernement a demandé jeudi une dérogation concernant le seuil limite européen de présence de pesticide dans l’eau potable. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Le métazachlore semble se propager. Des traces de ce pesticide ont été détectées mercredi dans la source de Schaedhaff. Or, celle-ci était utilisée depuis vendredi dernier, lorsque le gouvernement avait décidé, par précaution, de ne plus utiliser l’eau du barrage d'Esch-sur-Sûre pour l’alimentation en eau potable. Cette présence s'expliquerait par «une extrême mobilité du produit», selon Lydia Mutsch, ministre de la Santé (LSAP).

Vendredi, les ministères de la Santé et de l’Environnement ont décidé de demander une dérogation à Bruxelles concernant la tolérance de métazachlore dans l’eau. Aujourd’hui, fixée à 100 nanogrammes par litre, elle sera provisoirement portée à 3 000, comme le permet la réglementation. «Cette dérogation ne peut durer plus de trois ans, et est conditionnée à la mise en place de plans d’action pour améliorer la qualité de l’eau», a expliqué Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement (Déi Greng). La dérogation sera notifiée dès jeudi soir par les ministres, et pourra entrer en vigueur immédiatement. «Ce genre de mesures ont déjà été prises par le passé en Allemagne et en Belgique», a tenté de rassurer la ministre.

Pour autant, le gouvernement se veut rassurant. «Les normes actuelles sont particulièrement sévères, reprend Carole Dieschbourg. Quelqu’un qui boirait chaque jour trois litres d’eau contenant 3 000 nanogrammes de métazachlore n’aurait atteint que 6% de la dose jugée dangereuse pour la santé». De plus, le gouvernement annonce la réutilisation à partir de ce jeudi du barrage d’Esch-sur-Sûre comme source d’eau potable. Il avait été fermé vendredi dernier par précaution, mais «les trace de métazachlore retrouvées sont très faibles, affirme Carole Dieschbourg. Les analyses n’ont jamais révélé plus de 100 nanogrammes par litre».

(Joseph Gaulier/L'essentiel )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • vengeur masqué le 09.10.2014 23:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui de nos jours boit encore de l'eau du robinet ??

  • jessica89 le 10.10.2014 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Y en a encore qui boivent l'eau du robinet? Chez nous tout le monde boit de l'eau en bouteille, même le chat. L'eau du robinet., c'est pour se laver, le linge, nettoyer et cuisiner, mais soit c'est pour bouillir (donc aucun soucis) soit en si petite quantité qu'il n'y a pas de risque.

  • lilith le 10.10.2014 06:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est inquiétant ! Pour des conneries les commentaires fusent, dans ce cas-ci.. Ça n'intéresse personne. C'est affligeant comme on peut manipuler facilement les moutons. Bon, vais voir ce que dis mon corps et ma santé s'ils veulent bien digérer le méta-truc et barba-truc!

Les derniers commentaires

  • Marie-Lyne le 11.10.2014 10:28 Report dénoncer ce commentaire

    Oui, c'est le moment ou jamais d'agir et enfin de revenir à une agriculture respectueuse de l'homme. Lorsqu'on voit en ce moment les immenses flaques d'eau au milieu des champs, on ne peut que s'imaginer quelle eau contaminée elles contiennent. Et si cette eau ne s'écoule pas, c'est parce que la terre ne peut plus l'absorber car elle est morte, épuisée par la monoculture. D'où les inondations, la pollution des rivières…Nous avons rompu les grands équilibres naturels, à nous de les rétablir le plus vite possible!

    • @Marie-Lyne le 11.10.2014 17:03 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait : une flaque d'eau au milieu d'un champ montre en effet la mort du sol. Il y a 2 biologistes des sols, les Bourguignons (c'est leur nom), qui s'intéressent et s'inquiétent de ce désastre écologique. A découvrir et à faire connaître.

  • ????????? J'ai un doute le 11.10.2014 10:20 Report dénoncer ce commentaire

    La maison mère des ventes d'eau minérales est en déficit car la concurrence est forte dans ce domaine. Or si on nous annonce que les eaux potables sont infectes nous courons chez les dépositaires acheter des litres et des litres d'eau. Qui est la maison mère diriez vous? Les Brasseries réunies Bofferding et Mousel et les actionneurs sont des personnes proches de nos politiciens. De cette manière on a aussi une bonne excuse d'augmenter le prix de l'eau au mètre cube et à la fin c'est toujours nous qui payeront car les laboratoire d'analyses faudra les rémunérer et ainsi va le monde actuel.

  • Préférons l'eau minérale le 11.10.2014 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Pour faire simple et résumer la situation, au Luxembourg, il est fortement recommandé de boire de l'eau minérale en bouteille provenant de sites protégés plutôt que l'eau du robinet. Les nappes souterraines du pays sont contrôlées de manière peu rigoureuses et partisane. Mieux vaut se tourner vers des marques du type Vittel où l'eau est captée dans des zones protégées (Charte avec agriculteurs Agrivair soit 0 pesticide depuis 15 ans) c'est toujours plus sûr que les carafes Brita et eau du robinet locale...

  • Stop à l'agriculture intensive... le 10.10.2014 15:08 Report dénoncer ce commentaire

    Madame et Messieurs les ministres ayez le courage d’agir. Vous devez interdire aux agriculteurs d'utiliser tous ces pesticides, fongicides, biocides... Vive la fin des agri industriels qui nous empoisonnent et tuent notre planète, Vive les vrais paysans ( Bio) et le retour de la traction animale.

    • Marc le 11.10.2014 21:44 Report dénoncer ce commentaire

      pas besoin de traction animale. en allemagne les tracteurs roulent a l'huile de colza detaxée.pourquoi pas au grand-duché ?

  • On nous prend pour des ânes le 10.10.2014 13:06 Report dénoncer ce commentaire

    J'adore le commentaire de la Ministre : «Ce genre de mesures a déjà ont déjà été prises par le passé en Allemagne et en Belgique». Et alors????? Ce n'est pas parce que d'autres pays ont trahi leurs citoyens qu'il faut faire pareil ICI !!!! Dîtes plûtot que vous êtes incapables de résoudre ce problème et de nous protéger : soyez honnêtes (même si çà ne rime pas avec politique)!

    • Bubble le 11.10.2014 13:09 Report dénoncer ce commentaire

      Je plusoie !