Sécurité au Luxembourg

12 janvier 2016 07:30; Act: 12.01.2016 10:58 Print

25% des élèves policiers lâchent en cours de route

LUXEMBOURG - Sur les 105 élèves reçus au concours de police, 26 se sont arrêtés au stade de la préformation.

storybild

Le concours des inspecteurs est ouvert aux personnes de 17 à 30 ans. La majorité d'entre eux ont moins de 21 ans. (photo: Editpress)

  • par e-mail
Sur ce sujet
op Däitsch

La formation pour devenir policier n'a rien d'un long fleuve tranquille. Sur les 105 élèves inspecteurs qui ont réussi le concours d'entrée en juillet dernier, 26 ne sont finalement pas entrés à l'école de police au début de cette année. Soit un taux d'échec de près de 25%. «L'instruction tactique de base» de trois mois au centre militaire de Diekirch en a visiblement refroidi plus d'un.

«Certains échouent aux tests sportifs, médicaux ou psychologiques. D'autres se rendent compte que le métier n'est pas fait pour eux, ou que la formation est trop dure», justifie Serge Arendt, porte-parole de la police et chargé du recrutement. «C'est un phénomène observé chaque année. Les aspirants inspecteurs passent deux ans à l'école de police, tout en effectuant des stages sur le terrain».

Déficit de personnel

Actuellement, l'école de police compte 130 élèves: 79 en première année, 40 en deuxième année et onze futurs brigadiers, entrés après trois ans de service militaire.

L'augmentation du nombre de recrues fait écho à la volonté du ministre de la Sécurité intérieure, Étienne Schneider, de combler un déficit en personnel ainsi que les départs en retraite. À la date du 1er janvier 2016, le Luxembourg compte 1 797 policiers, seize de plus que l'année dernière. «C'est en 2017 que nous constaterons réellement la croissance des effectifs», conclut Serge Arendt.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Emile A. le 12.01.2016 07:44 Report dénoncer ce commentaire

    Rien d'anormal à cela. C'est un signe que la formation est sélective. Ou bien voulons nous que n'importe qui puisse devenir policier?

  • tintin le 12.01.2016 09:53 Report dénoncer ce commentaire

    La police fait un travail difficile. Parfois dangereux. Et je pense que la Police a droit au respect. La seule chose pu la Police luxembourgeoise pourrait faire un effort en cas de contact avec une population "normale". C'est de supprimer ce coté un peu hautain, voir dédaigneux assez typique. Ce que J'avais ressenti un jour en demandant simplement mon chemin....

  • rastaroots le 12.01.2016 08:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ kassos : votre remarque est déplacé. Vous portez bien votre pseudo. Je préfère un gars qui a l humilité de renoncer plutôt que de persister alors que le métier n'est pas fait pour lui. Tout le monde y gagne.

Les derniers commentaires

  • Patches le 12.01.2016 20:23 Report dénoncer ce commentaire

    Oh mon dieu, ça doit être tellement difficile de de jouer les cowboys à Lux ville.

  • Joss le 12.01.2016 18:57 Report dénoncer ce commentaire

    Petite anectote: le profil d'un individus policier/militaire, est le meme de celui qui fait un crime avec violence, je m'explique; dans les deux cas, il y a une forme de violence et d'aggressivité, sauf que dans le 1er, le policier utilise cette 'aggressivité'pour commetre du bien, dans le 2eme, s'est le contraire.

  • vieil obs le 12.01.2016 17:54 Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve le taux d'échec peu élevé;le recrutement est-il face à un manque de candidats?Il est vrai que le GD n'est plus "un petit pays tranquille"et que les problèmes de comportements sociaux commencent sérieusement à se manifester.

  • platini le 12.01.2016 17:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Question : une fois leur diplôme en poche et leur formation terminée, combien prennent des anti-dépresseurs ou des drogues pour tenir le coup face à des délinquants de mieux en mieux organisés, des voyous-voleurs high-tech ou ces criminels de la route? En principe, les patrouilles de nuits sont les plus touchées par ce phénomène, plus de 50% consommateurs. Le ministère de tutelle est conscient du problème mais les sanctions pourraient dissuader les plus "têtes brûlées" d'entre eux de démissionner. Ils ne resterait alors plus que des fonctionnaires incapables de faire respecter l'ordre publique ou d'engager une poursuite sur l'autoroute...

  • Anne-S : Je suis effaré quand.. le 12.01.2016 15:27 Report dénoncer ce commentaire

    .. je lis les commentaires moqueurs ici envers les Luxembourgeois, qui je pense, proviennent essentiellement de nos amis belges et des mes compatriotes français. Mais bien-sûr, personne ne s'est même pris la peine de regarder les stats chez nous. BE: SudInfo 27.2.2014: 86% des candidates recalés pour le concours de policier. FR: Rapport Geoffroy de 2011: 41.8% d'échecs au concours. Raison principale: 65% echouent aux tests psychologiques. Alors mes chers amis français et belges, qui se croient si souvent supérieur: Vous n'êtes pas meilleurs!! Et n'oubliez pas pourquoi vous êtes venus au Lux!

    • Mon "Moi" intérieur. le 12.01.2016 16:31 Report dénoncer ce commentaire

      @Anne-S : Je suis effaré quand.. En effet, vous ne révisez pas vos devoirs d'école... C'est-à-dire, d'ouvrir infiniment la mappemonde pour se souvenir où se situe le Luxembourg. Au cas où, pour votre "moi" supérieur et personnel : Dénoncer les faute(s) d'orthographe(s) pour ce commentaire que vous lisez actuellement est un « classique » sur les réseaux sociaux et journaux numériques quand un texte argumentatif est « indestructible » sur « le plan International ».