Centrale nucléaire

04 juillet 2013 15:37; Act: 04.07.2013 16:43 Print

«Les rejets de Cattenom nous préoccupent»

LUXEMBOURG – Le ministre de la Santé, Mars Di Bartolomeo, s’est déclaré inquiet par la demande de modifications des rejets formulée par la centrale nucléaire mosellane.

storybild

La centrale va remplacer les milliers de tubes de ses condensateurs en laiton par des pièces en titane. (editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Le 19 juin dernier, Déi Gréng tiraient la sonnette d’alarme: «La centrale de Cattenom prépare en secret une modification de ses rejets dans l’air et dans l’eau». L’Autorité de sureté nucléaire (ASN) a en effet donné son feu vert à la centrale qui va remplacer les milliers de tubes de ses condensateurs en laiton par des pièces en titane. Un changement qui devrait réduire drastiquement les rejets de cuivre et de zinc mais, en contrepartie, nécessitera des chlorations massives.

Les écologistes demandaient que cette thématique soit mise à l’ordre du jour de la commission parlementaire de la santé. Le ministre, Mars Di Bartolomeo (LSAP) leur a communiqué les dernières informations ce jeudi. «À l’occasion du bilan de l’exercice transfrontalier de gestion de crise, vendredi, j’ai eu l’occasion d’interpeller le préfet de région et les autorités françaises sur ce problème de rejets. Nous sommes inquiets. Tous les rejets qu’ils soient nucléaires ou chimiques nous préoccupent. Nos experts formuleront leur avis à l’Autorité de sûreté nucléaire, d’ici le 15 juillet».

Le ministre s’est dit satisfait des exercices transfrontaliers: «Nous n’allons pas faire l’autruche, Cattenom est là, alors c’est toujours mieux de se préparer au mieux». Mais de conclure que le meilleur moyen d’éviter les risques, «c’est de fermer purement et simplement la centrale».

Les incidents se sont multipliés au cours de ces dernières semaines: des problèmes sont apparus sur les quatre vannes situées sur les réservoirs d'eau borée, un incendie s'est déclaré dans un transformateur électrique, un important dégagement de vapeur a contraint la centrale à stopper le réacteur n° 1.

(MC/L'essentiel Online)