Emploi au Luxembourg

08 mai 2015 08:52; Act: 08.05.2015 11:18 Print

Le Luxembourg ne forme pas assez d'infirmières

LUXEMBOURG - Les métiers d'infirmière et d'aide-soignante ne sont pas les plus prisés. Le pays est contraint de recruter au-delà des frontières.

storybild

Les difficultés à trouver des profils qualifiés sont donc bien réelles, notamment pour les postes en bloc opératoire et en réanimation. (Twitter)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Comme plusieurs autres lycées du pays, le Lycée technique pour professions de santé (LTPS) ouvrira ses portes samedi. L'occasion de promouvoir des métiers qui manquent de candidats. L'histoire n'est pas nouvelle, le Luxembourg manque d'infirmières et d'aides-soignantes formées au pays. En 2014, 70 jeunes sont sortis du LTPS avec un diplôme d'infirmière, et 85 avec une formation d'aide-soignante. Trop peu pour combler la demande.

Plus de 7 000 infirmières travaillent au Luxembourg, dont un millier au CHL (Centre hospitalier de Luxembourg). «Le nombre de diplômés ne suffit même pas à combler les départs en retraite, regrette Monique Birkel, directrice des soins au CHL. Le métier souffre d'un manque de reconnaissance. Et les horaires n'aident pas», ajoute-t-elle.

Problème de la langue

Les difficultés à trouver des profils qualifiés sont donc bien réelles, notamment pour les postes en bloc opératoire et en réanimation. L'hôpital n'hésite donc pas à regarder au-delà des frontières pour son recrutement. À l'heure actuelle, seules 32% des infirmières du CHL sont luxembourgeoises. Le problème de la langue se pose de manière régulière avec les patients.

Mêmes constats et mêmes difficultés dans le secteur des soins extrahospitaliers (plus de 2 400 personnes). «Les entreprises du secteur devraient recruter entre 200 et 300 personnes par an, et la demande va augmenter», estime Evandro Cimetta, coordinateur général de la Confédération des organismes prestataires d’aides et de soins (COPAS). «Un recrutement peut prendre beaucoup de temps, sachant que les pays voisins manquent aussi de main-d'œuvre», conclut-il.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ou va le monde le 08.05.2015 18:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non STOP a "TramO" un soignant doit comprendre le patient quand il se plaint pour donner les soins justes et pour réagir de manière professionnelle !!! Donc comme la population Luxembourgeoise vieillit de plus en plus et que ces pauvres gens ne parlent souvent que leur langue maternelle il est important de connaitre le Luxembourgeois... et c'est un étranger qui vous le dit !!! Alors on s'en fout que le Luxembourgeois soit une langue morte , il faut l'apprendre pour travailler dans ce domaine , c'est une condition sinequanon !!! Et puis ils sont encore dans leur pays , vous "TramO" non... Et puis vous êtes bien content d'avoir un emploi au Lux ... alors taisez-vous et un peu de respect pour ceux qui vous permettent de gagner votre vie !!!

  • Paulisse le 08.05.2015 13:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben alors ils sont où ceux qui critiquent toujours le France, les Français ou les autres pays étrangers ?? :) Les Luxembourgeois ne veulent pas travailler, ils veulent de l'argent facile et ne sont pas qualifiés car otages d'un système éducatif totalitaire .. voila les raisons ..

  • jane le 08.05.2015 11:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le souci avec la formation d inf. c est qu elle est trop longue 4 ans pour être infirmière général (sans être payer) et si vous voulez vous spécialiser il faut rajouter deux ans . étant moi même infirmière je peut vous dire que les études sont assez longues et pénibles. et surtout quand on compare les salaires et la charge de travail j aurais mieux fait de travailler dans la finance

Les derniers commentaires

  • Mika le 10.05.2015 14:56 Report dénoncer ce commentaire

    Haha. Vous plaisantez ? Pas assez d'infirmière ?! Comment falsifier les statistiques. Ma mère qui travaille dans un hôpital, me dis chaque semaine, que les stagiaires ou les nouveaux n'ont jamais de contrat ou sinon un CDD de 6-12 mois car il y a trop d'infirmières. Ma soeur a commencé le LTPS, elle a arrêté et s'est réorienté car on la traitait de merde en classe, sur 30etudiants, 5-10 réussissent la 12ème. On se pose plutôt la question sur l'encouragement de réussir en provenance des professionnels. Infirmière ici = bac à bac+2 spécialisé. En France c'est un bac+3 pour le même niveau

  • oups le 09.05.2015 12:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Marie ; bien dit , tout a fait d'acord ;-)

  • monde de dingue le 09.05.2015 11:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Juste une anecdote un jour en entrant dan d'une chambre un e dame très âgée luxembourgeoise m'a demande si j étais luxembourgeoise ou française . Je lui ai répondu française et contre toute attente elle m a alors dis " ha ça va alors " parce que pas question de laisser une infirmière luxembourgeoise s occuoer de ma santé ..... Je dis ça je dis rien et mon petit niveau de luxembourgeois car je fais des efforts ne l a pas dérange le moins du monde

  • Luxolulu le 08.05.2015 20:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je dis un grand merci aux infirmières frontalières, à leur dévouement, à leur professionnalisme et à leur politesse. Si elles n'étaient pas là que ferions nous?

    • Marie le 09.05.2015 10:41 Report dénoncer ce commentaire

      ?!?!?Moi, je dis un grand merci aux infirmières (et infirmiers) tout court ! Qu'ils ou elles soit frontalières, franchement, c'est mon dernier souci.

  • Pragma le 08.05.2015 19:57 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème c'est qu'actuellement les infirmières ne disposent pas de formations à la hauteur du rôle que jouent les infirmières. Regardez un peu, tout ce qu'on a c'est le LTPS, qui est à peine mieux classé que les soi-disant lycées-poubelle tels le LTC, le arts et métiers ou le LTB. Donc trouver des profils qualifiés et sachant parler le luxembourgeois, ça relève plutôt du miracle.

    • Anne-S le 08.05.2015 23:50 Report dénoncer ce commentaire

      " qui est à peine mieux classé" .. Bizarre que vous parliez de classement car au Luxembourg, il n'y a pas de classements des écoles. Donc de quel classement parlez-vous ?!?

    • Mike le 09.05.2015 13:54 Report dénoncer ce commentaire

      @ Anne-S: Tout le monde sait que finir dans un de ces lycées c'est tirer un trait sur une éventuelle carrière professionnelle à succès. Je ne vois même pas ce qu'il y à débattre. Demandez donc à vos voisins et vous verrez bien dans quel ordre de préférence ils vont ranger les écoles au Luxembourg.

    • Vito le 09.05.2015 18:40 Report dénoncer ce commentaire

      Plus 1. J'ajouterais encore le LTPES, le LGE et le LNBD. Mais la palme revient sans aucun doute à Arts et Métiers.