Protestation

30 juin 2015 15:48; Act: 30.06.2015 17:00 Print

«Ci-​​gît un réfugié» gagne le Luxembourg

LUXEMBOURG - Née en Allemagne, l'opération qui consiste à planter des croix de bois symboliques en hommage aux migrants disparus en mer, est désormais visible au Grand-Duché.

  • par e-mail
Sur ce sujet


En signe de protestation contre la politique de l'Union européenne, laquelle a abandonné l'idée de quotas obligatoires pour l'accueil de réfugiés, un collectif d'artistes allemands a récemment planté symboliquement une croix à Berlin. Un signe de solidarité envers les migrants notamment disparus en Méditerranée ces dernières semaines. La campagne controversée, appelée «Faites les morts», a suscité l'émoi en Allemagne. «Déroutant, irrévérencieux, c'est de la pornographie politique», a même grogné la gauche. Et pourtant, plusieurs centaines de petites tombes ont commencé à fleurir de la même manière dans tout le pays. Comme pour faire naître un mémorial en hommage aux réfugiés, en premier lieu syriens.

Et la vague commence à gagner le Luxembourg où des croix du même genre ont été vues, portant l'inscription «Ci-gît un réfugié». C'est le cas par exemple à Luxembourg-Ville. La militante allemande, Anke Domscheit-Berg, venue dans la capitale du Grand-Duché pour une table ronde, a tweeté lundi deux photos du phénomène dont le message politique est clair: «Les réfugiés ne doivent plus mourir en mer». Cette semaine, les chefs d'États de l'UE ont validé, après plusieurs heures de débat, le principe d'un accueil volontaire et non plus obligatoire des migrants.


(jt/L'essentiel)