Gender budgeting

21 janvier 2016 10:00; Act: 21.01.2016 10:57 Print

Un budget taillé selon la parité à Esch-​​sur-​​Alzette

ESCH-SUR-ALZETTE - Considérer l’impact d’une dépense sur la parité, c’est le gender budgeting. Il n’existe pour l’instant qu’à Esch.

storybild

Esch-sur-Alzette analyse l’impact sur la parité de ses budgets en sport et culture. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Organiser des entraînements de judo pendant les heures de classe pour que les écolières comme les écoliers y participent, c’est une des mesures qui ont découlé de l’utilisation par Esch-sur-Alzette du gender budgeting. En Belgique, ce type de budgétisation est mis en œuvre au niveau local et national. Au Luxembourg, seule Esch-sur-Alzette l’a testé.

Le principe consiste à mesurer l’impact (neutre, négatif ou positif) d’un budget sur la parité puis à le rendre positif. Cette réorganisation des dépenses permet notamment d’éviter d’avoir à établir des budgets distincts pour les femmes. Et elle ne nécessite pas forcément de dépenses supplémentaires, si on exclut les ressources nécessaires à l’analyse.

Pas au programme du gouvernement

À Esch, la commune a, entre autres, analysé la participation des écoliers à l’offre sportive qu’elle proposait en dehors des heures de classe. Elle a constaté que seuls 35% des participants étaient des filles. D’où l’offre de judo qui permet de rétablir une parité, mais aussi de transmettre, aux filles et aux garçons, le respect de l’autre et l’assurance de soi, liés à la discipline.

Au niveau national, en revanche, le gender budgeting n’est pas d’actualité. «Il figurait au programme de l’ancien gouvernement mais n’a jamais été réalisé. Et l’actuelle coalition a estimé que la réforme du congé parental et le renforcement des femmes dans la prise de décisions économiques étaient plus urgents», explique Lydia Mutsch, ministre LSAP de l’Égalité des chances et ancienne bourgmestre d’Esch-sur-Alzette.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Obs. le 21.01.2016 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Esch/Alzette, une gestion douteuse dans son efficacité. Répondre à des critères d'équilibre théorique plutôt qu'à des besoins réels tient du rêve et de l'idéalisme. Bref, une équipe d'opportunistes à la tête de la deuxième ville du pays, en nombre d'habitants, qui devrait s'atteler a vérifier le bien-fondé de ses choix.

  • Aecher le 21.01.2016 11:52 Report dénoncer ce commentaire

    Pour encaisser des taxes toujours plus élevés ils ne regardent pas la parité; hop tout le monde paye!!

  • luxo le 21.01.2016 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À quand un budget pour refaire les routes du centre?!?

Les derniers commentaires

  • luxo le 21.01.2016 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À quand un budget pour refaire les routes du centre?!?

  • A côté... Again le 21.01.2016 13:06 Report dénoncer ce commentaire

    Et encore une fois, le problème à Esch c'est la parité..., d'ailleurs c'est pour ce problème que la ville est connue dans l'ensemble du pays...

  • Aecher le 21.01.2016 11:52 Report dénoncer ce commentaire

    Pour encaisser des taxes toujours plus élevés ils ne regardent pas la parité; hop tout le monde paye!!

  • Obs. le 21.01.2016 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Esch/Alzette, une gestion douteuse dans son efficacité. Répondre à des critères d'équilibre théorique plutôt qu'à des besoins réels tient du rêve et de l'idéalisme. Bref, une équipe d'opportunistes à la tête de la deuxième ville du pays, en nombre d'habitants, qui devrait s'atteler a vérifier le bien-fondé de ses choix.

  • I.F. le 21.01.2016 11:01 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'est ce que la mesure? Le cours de couture (90% de femmes) va-t-il être supprimé OU un cours de XY va-t-il être cré oû il devrait y avoir une representation de 90% d'hommes? C'est du grand n'importe quoi! Cela reviendra à créer des activités fictives pour avoir la parité. N'y a-t-il pas d'autres sujet plus brulant sur la parité que les loisirs? A quand la parité de garde pour les parents d'enfants divorcés?

    • Beber le 21.01.2016 11:48 Report dénoncer ce commentaire

      Quand on parle de ce genre de situation on oublie tout le reste. Restons en dehors des sombres réalités....! La poudre aux yeux avant tout.