Santé au Luxembourg

26 février 2016 16:15; Act: 26.02.2016 17:36 Print

Partager des infos pour sauver des vies

LUXEMBOURG - Un contrat signé ce vendredi fixe les missions de l'agence e-Santé pour les trois années à venir et lui alloue 5 à 6 millions d'euros par an pour les accomplir.

storybild

Le directeur de l'agence e-Santé et les ministres de la Santé Lydia Mutsch et de la Sécurité sociale, Romain Schneider, ont signé vendredi le contrat d'objectifs et de moyens de l'agence e-Santé. (photo: L'essentiel)

  • par e-mail
Sur ce sujet

«En France il y a chaque année environ 10 000 décès évitables qui sont dus à la rupture de transmission des informations médicales», avance Hervé Barge, directeur de l'agence e-Santé. Dans ce cadre, la généralisation du Dossier de soins partagé (DSP) peut sauver des vies et faciliter le travail des praticiens.

Le DSP centralise les informations sur la santé du patient et facilite l'échange avec les praticiens. Aujourd'hui, 22 500 DSP sont ouverts en phase test. Le généraliser et élaborer un règlement grand-ducal «au plus proche des réalités du terrain» pour le réglementer font partie des missions de l'agence e-Santé pour les années à venir.

Vers les ePrescriptions

Le Contrat d'objectifs et de moyens signé ce vendredi par Hervé Barge et les ministres de la Santé Lydia Mutsch et de la Sécurité sociale Romain Schneider alloue de 5 à 6 millions d'euros par an de 2016 à 2018 à l'agence pour mener à bien ses missions. Créée en 2012, l'agence modernise le système de santé luxembourgeois pour le rendre plus efficace.

Outre le DSP, elle travaille sur la sécurité des systèmes d'informations de santé, a mis en place la plateforme e-Santé et élabore, entre autres, un carnet électronique de radiologie dans le cadre du plan cancer. Elle devra aussi travailler dans les trois ans à venir sur la facturation électronique et les ePrescriptions qui devraient faciliter le travail des médecins, des pharmaciens et de la CNS.

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Vindulux le 26.02.2016 16:29 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours pas de projet de "tiers payants" C'est ridicule de demander aux patients d'avancer l'argent de la consultation pour ensuite demander le remboursement à la caisse. Ensuite de nombreuses familles n'ont pas les moyens pour avancer ces dépenses.

  • Nomi le 28.02.2016 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    Wei'ni kennt endlech den elektroneschen Krankheets an Traitementsregester ???? Do kennt Geld gespuurt ginn wann manner duebel an 3 Fach Analysen verschiwen ginn !!!

  • Nina le 26.02.2016 21:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien écrit! D'accord avec vous Vindulux

Les derniers commentaires

  • Nomi le 28.02.2016 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    Wei'ni kennt endlech den elektroneschen Krankheets an Traitementsregester ???? Do kennt Geld gespuurt ginn wann manner duebel an 3 Fach Analysen verschiwen ginn !!!

  • julia le 26.02.2016 23:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon raisonnement il faut payer pour récupérer son argent 20 jours plus tard

  • Nina le 26.02.2016 21:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien écrit! D'accord avec vous Vindulux

  • Vindulux le 26.02.2016 16:29 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours pas de projet de "tiers payants" C'est ridicule de demander aux patients d'avancer l'argent de la consultation pour ensuite demander le remboursement à la caisse. Ensuite de nombreuses familles n'ont pas les moyens pour avancer ces dépenses.