Au Luxembourg

08 janvier 2016 10:00; Act: 08.01.2016 10:25 Print

Les crèches ne feront pas que garder les enfants

LUXEMBOURG - Les crèches devront répondre à certains critères pour figurer dans le système des chèques-service.

storybild

Les structures d’accueil devront élaborer des concepts pédagogiques répondant à un cadre national. (photo: Editpress)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Les députés planchent en ce moment sur un avant-projet de règlement grand-ducal, annexé au projet de loi sur la jeunesse. Celui-ci doit assurer des standards de qualité pédagogiques dans les 1 100 crèches et autres établissements d’accueil d’enfants du pays.

Un cadre de référence national, à valider par le ministère, devra définir les objectifs généraux du travail éducatif à faire avec les enfants. Ainsi, les crèches ne seront plus uniquement des structures de garde, mais des structures avec des missions éducatives.

Le chèque-service passe la frontière

Sur la base de ce cadre, chaque structure d’accueil devra élaborer son propre concept pédagogique et tenir un journal de bord. Celui-ci comprendra les activités mises en place avec les enfants. Les concepts pédagogiques devront notamment être clairement affichés et visibles pour les parents.

Le tout sera contrôlé par 28 agents qui passeront régulièrement dans les différentes structures du Luxembourg, mais aussi dans les zones frontalières, puisque le chèque-service sera étendu aux crèches de l’autre côté de la frontière, si elles répondent aux critères. Les crèches qui ne respectent pas le cadre pourront être exclues du chèque-service.

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Jean peux plus le 08.01.2016 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    Avant de vouloir imposer un projet pédagogique ils feraient peut-être mieux de revoir déjà les ratios enfants/éducateurs... Pour bien connaître le milieu je me demande comment c'est possible qu'une seule personne, aussi motivée et compétente soit-elle, puisse s'occuper convenablement de 9 enfants de 1 à 3 ans en même temps ?? Les parents savent comme c'est difficile de s'occuper d'un seul enfant de cet âge alors 9 imaginez bien...Et après on s'étonne que les crèches Luxembourgeoises deviennent des usines à bébés dans lesquelles les éducateurs/trices doivent travailler à la chaîne...

  • C pas possible le 08.01.2016 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    Si c'est ça la vision qu'on les députés des crèches comme étant des "structures d'accueil", je leur conseille vivement des convoquer des parents pour en discuter avec eux. Je trouve extrêment malsain, ce que le ministère fait en ce moment car d'un côté il veut donner plus de missions aux crèches, MAIS de l'autre, il réduit les budgets et augmente le nombre d'enfants par éducatrice. Ceci a comme première conséquence que certaines activités ne peuvent plus être proposées par manque de budget ou pire dû à des problèmes de sécurité!

  • petitevoix le 09.01.2016 05:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup de mesures mais pas de sanction aux patrons de Creche C est vrai qu il faut un programme pédagogique mais quand présumé d appliquer une pédagogie Pikler ou montessori et en réalité il y a une directrice certifié aux pédagogies et les éducatrices ne le sont pas il y a un mensonge n est pas ?

Les derniers commentaires

  • Alice le 13.01.2016 22:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ils conviendrait de réfléchir à la masse de travail supplémentaire qu'imposerait ce journal de bord, l'organisation des sorties et activités..., et à la répercussion des coûts sur les tarifs.

  • Le Fils de Versa le 10.01.2016 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    Allez voir la définition du mot "crèche" et vous allez rigoler! Non, cherchez vous même sinon vous allez me répondre avec 200 commentaires!!!!!

  • kris n le 10.01.2016 01:56 Report dénoncer ce commentaire

    Le risque est que cela risque de creer une sorte de competition entre certaines crèches: celle qui proposera le plus d'activités, intervenant, excursions ou autre parfois au detriment du respect du rythme de l'enfant ou de son bien etre

  • kris n le 10.01.2016 01:52 Report dénoncer ce commentaire

    Une creche doit rester un mode de garde ou l enfant doit pouvoir se sentir bien et en sécurité il doit pouvoir s y epanouir par le biais d activités simples, courtes et variées qui lui permettent d'apprendre et decouvrir en s'amusant Le but est de donner les bases de la vie en colectivité (respect, hygiene, politesse, ....) et de le préparé a sa scolarisation, pas de l'anticipée l'introduction, l initiatition au langues dont principalement le luxembourgeois est une bonne chose du moment ou ca reste de façon ludique et simple car ils sont en crèche et non à l ecole

    • Ciné Marre le 10.01.2016 11:27 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez bien résumé ce que devrait être une crèche. Malheureusement, avec la nouvelle réforme et l'augmentation du ratio enfants / éducatrice, j'ai bien peur que tout ceci devienne une théorie par manque de personnel. Le Ministère est en train de tout détruire et de mettre l'avenir de nos enfants en danger!

    • Alice le 13.01.2016 22:51 Report dénoncer ce commentaire

      Il ne paraît pas disproportionné pour une éducatrice de s'occuper de 9 enfants entre 2 et 4 ans. A l'école, des 3 ans, ils sont plus de 15 en classe. La crèche est un mode de garde collective.

  • ana le 09.01.2016 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La c'est aux éducateurs bien veillants de déceler les priorités et de respecter et répondre au besoin de chaque enfant individuellement et je peux vous assurer qu'il n'est pas si difficile que ça !