Démocratie 2.0

04 avril 2014 11:02; Act: 07.04.2014 10:44 Print

Une e-​​pétition sur les bourses lancée lundi

LUXEMBOURG - Il est possible depuis fin 2013 de déposer une pétition électronique. Les premières ont été examinées cette semaine. Celle qui concerne les aides étudiantes pourra être signée dès lundi.

storybild

La pétition 329 veut que davantage de personnel soit engagé au CEDIES et que le montant de base des bourses soit augmenté. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis fin 2013, il est possible de déposer une e-pétition. Mais la déposer ne va pas pour autant dire qu'elle sera lancée car c'est la commission des pétitions qui juge de sa recevabilité. Mercredi, dix pétitions électroniques y ont été passées au peigne fin. Déposées par des citoyens lambdas elles portaient sur des sujets divers et variés: révision de la hauteur des trottoirs (numéro 334), organisation d'un référendum sur le tram (333) ou la mise en place d'un revenu universel de base (335).

Sondage
Signerez-vous une pétition électronique?

Une seule sera lancée dès la semaine prochaine, et elle n'a rien de lambda. La pétition numéro 329 qui vise à «garantir l'indépendance des étudiants face à des réformes du système d'aide financière» a été déposée par Sven Clement, président du PiratePartei, et concerne l'épineuse question des bourses. Selon la Chambre des députés, certaines pétitions n'ont pas été retenues car «un argumentaire faisait défaut» et leurs buts n'étaient pas assez clairs. Un guide sera d'ailleurs élaboré par la commission des pétitions pour aider à une meilleure rédaction.

Augmenter le montant de base des bourses

Pour rappel, le système des bourses a subi une grosse refonte suite au jugement de la Cour européenne interdisant au Luxembourg d'exclure les enfants de frontaliers de ces aides. Fin février, le gouvernement a présenté sa réforme: chaque étudiant aura au moins 2 000 euros par an. À ce montant se rajouteront 2 000 euros pour les élèves qui iront étudier à l'étranger et 2 500 euros pour les étudiants dont le revenu des parents est inférieur à 4,5 fois le salaire social minimum non qualifié.

La pétition veut que davantage de personnel soit engagé au CEDIES (le service des bourses) et cela afin de «garantir un traitement dans un délai inférieur à un mois pour chaque demande complète de bourse». Mais surtout, elle voudrait que le montant de base soit égal à celui des allocations (soit environ entre 3 600 et 5 300 euros par an et par enfant). Une volonté qui n'est pas sans rappeler celle du LCGB, qui a également déposé une pétition.

Objectif: 4 500 signatures

Le syndicat juge ainsi que le montant annuel de base des bourses est dérisoire et demande à ce qu'il soit fixé à 4 000 euros. Une «somme correspond au montant des allocations familiales pour les enfants de plus de 18 ans avant leur suppression en 2010», argumente le président du LCGB, Patrick Dury.

La pétition déposée par Sven Clement sera en ligne sur le site de la Chambre du 7 avril au 19 mai et pourra être signée par toute personne de plus de 15 ans inscrite au registre national des personnes physiques. Si elle récolte au moins 4 500 signatures, elle donnera lieu à un débat public. Un maximum de six pétitionnaires pourront alors discuter directement avec la commission de l'Enseignement supérieur et le ministre compétent, à savoir Claude Meisch.

(Fatima Rougi/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • arthur le 04.04.2014 21:14 Report dénoncer ce commentaire

    le lcgb dépose une pétition c'est une super histoire drôle c'est 2010 qu'il fallait être aux coté des frontaliers pas en 2014. Une fois de plus ils prennent le train en route.

  • Prénom le 04.04.2014 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Avec un peu d'adresse et de maitrise de la langue, on peut facilement faire passer n'importe quel argument en arrière plan. Je ne serais pas étonné que cet "argumentaire" dont il est question, soit soumis à des jugements personnels. Tiens, d'ailleurs il serait peut-être intéressant de savoir qui porte ce jugement et comment il s'y prend.

  • Guillaume le 04.04.2014 14:52 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi plus de gens au CEDIES? Les quelques fois que j'y suis allé j'ai pu y apercevoir une réceptionniste au téléphone avec ce qui me semblait être une de ses amie, et pas mal de gens à se tourner les pouces dans leurs locaux. Le tout remonte à quelques mois. Je parierais fort qu'engager plus de personnes n'aura aucun effet sur les délais d'attente.

Les derniers commentaires

  • arthur le 04.04.2014 21:14 Report dénoncer ce commentaire

    le lcgb dépose une pétition c'est une super histoire drôle c'est 2010 qu'il fallait être aux coté des frontaliers pas en 2014. Une fois de plus ils prennent le train en route.

    • Allei Allei une fois le 05.04.2014 13:44 Report dénoncer ce commentaire

      Pour quelle raison le LCGB aurait il du être aux côté des frontaliers en 2010??

  • Guillaume le 04.04.2014 14:52 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi plus de gens au CEDIES? Les quelques fois que j'y suis allé j'ai pu y apercevoir une réceptionniste au téléphone avec ce qui me semblait être une de ses amie, et pas mal de gens à se tourner les pouces dans leurs locaux. Le tout remonte à quelques mois. Je parierais fort qu'engager plus de personnes n'aura aucun effet sur les délais d'attente.

  • Prénom le 04.04.2014 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Avec un peu d'adresse et de maitrise de la langue, on peut facilement faire passer n'importe quel argument en arrière plan. Je ne serais pas étonné que cet "argumentaire" dont il est question, soit soumis à des jugements personnels. Tiens, d'ailleurs il serait peut-être intéressant de savoir qui porte ce jugement et comment il s'y prend.