Depuis 50 ans

17 septembre 2012 13:22; Act: 17.09.2012 13:56 Print

L'école accueille plus de filles et d’étrangers

LUXEMBOURG – L’école luxembourgeoise a profondément évolué au cours de ces 50 dernières années: elle s’est féminisée et a davantage ouvert ses portes aux étrangers.

storybild

Il y a quasiment autant de filles que de garçons aujourd'hui dans les écoles luxembourgeoises. (AFP)

  • par e-mail

Depuis 50 ans, l’école luxembourgeoise a bien changé, d’abord parce qu’elle a vu ses effectifs augmenter de 77% alors que la population n’a elle progressé que de 63%. Une différence qui s’explique par deux phénomènes selon le Statec: les enfants fréquentent davantage l’enseignement préscolaire (+115%) et poursuivent leurs études au-delà du primaire, où le nombre d’élèves a été quasiment multiplié par quatre. Les effectifs dans le postprimaire représentaient 22% du total en 1960 contre 46% en 2010. Une hausse notamment due à une «explosion» des effectifs dans le secondaire technique: ils sont aujourd’hui 26 000 contre 4 700 en 1960 soit une hausse de 453% alors que les effectifs du secondaire classique n’ont «que» doublé.

Une écrasante majorité des élèves fréquentent l’école publique. En 2010, seuls 4,6% des élèves suivent des cours dans des établissements privés contre 8% dans les années 60. Mais en tenant compte des écoles internationales implantées au Grand-Duché, ce taux remonte à 9,4% des effectifs totaux. Des écoles internationales qui abritent un quart des effectifs du secondaire classique.

Le nombre de profs a «explosé» de 93%

L’ école est aujourd’hui plus ouverte. D’abord aux filles: dans l’enseignement secondaire, elles sont majoritaires (54% en 2010 contre 40% en 1960) mais sont toujours en minorité dans l’enseignement technique (47% en 2010 contre 31% en 1960). L’école accueille également plus d’étrangers: à l’école fondamentale, leur nombre a plus que doublé en 40 ans: de moins de 20% au milieu des années 70, il est passé à 48% en 2010. Dans l’enseignement secondaire, les enfants de nationalité étrangère sont très présents dans la filière technique (43% contre 18% en 1975) et un peu moins dans la filière classique (19% contre 8% en 1975).

Pour accueillir tout ce joli monde, il a fallu embaucher de nombreux professeurs: le nombre d’enseignants a plus que doublé depuis les années 70 dans l’enseignement primaire et plus que triplé dans l’enseignement préscolaire. Rien que dans les quinze dernières années, le nombre total d’enseignants est passé de 5 008 en 1995 à 9 686 à la rentrée 2012, soit une augmentation de 93%! Le nombre d’élèves par enseignant a donc diminué, passant notamment de 26 en 1965 à 9 en 2010 dans l’enseignement fondamental. Une explosion des effectifs… mais peu de titulaires supplémentaires (trois de plus qu’en 1997). L’Éducation nationale a surtout embauché des chargés de cours: leur nombre a littéralement «explosé» de 222%! Le nombre de stagiaires a également fortement progressé (+310%).

Les élèves du Luxembourg ont pris goût aux études: ils vont à l'école plus tôt, continuent plus tard dans le secondaire et poursuivent même au-delà: ils n'étaient que 1 000 en 1960 à suivre des études supérieures, ils sont aujourd'hui plus de 14 000.

(MC/L'essentiel Online)

  • SexyJempy le 17.09.2012 14:19 Report dénoncer ce commentaire

    merci qui?

    Mon Dieu, plus de filles et d'étrangers!!!! Le Luxembourg est en grand danger....non, sérieusement, voilà la preuve que ce pays doit une fière chandelle à la femme et aux étrangers.....n'en déplaise aux luxembourgeois conservateurs si nombreux dans ce beau pays.....