Santé au Luxembourg

03 mars 2016 07:30; Act: 03.03.2016 10:44 Print

«On va discuter longtemps de la réforme de la sécu»

LUXEMBOURG - La semaine passée, l’UEL a proposé une réforme de la sécurité sociale. Elle a été fraîchement reçue.

storybild

La CNS est au cœur des débats entre les partenaires sociaux.

  • par e-mail
Sur ce sujet
op Däitsch

Il y a une semaine, l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) avait proposé une réforme de la sécurité sociale impliquant un cofinancement de la Caisse nationale de santé (CNS) avec l’État et les salariés, et un financement de la Mutualité des employeurs à charge uniquement des patrons.

Pour faire simple, la CNS prendrait en charge les prestations en nature comme les soins, et la Mutualité des employeurs les prestations en espèces comme les arrêts de maladie ou le congé de maternité. L’UEL assure que cette opération induirait un coût neutre. «On va discuter longtemps de la réforme de la sécu même si notre proposition a été critiquée à chaud», a expliqué hier le secrétaire général de l’UEL, Nicolas Henckes.

Un coût neutre?

Pour illustrer «le coût neutre», il détaille: «Sur un salaire brut de 3 000 euros, les patrons paient 84 euros de cotisations et le salarié 84. Notre proposition est d'augmenter le salaire brut à 3 084 euros au lieu de 3 000 pour compenser le non-paiement par les patrons des 84 euros de cotisations». Autant d’argent qui repartirait en cotisations pour la sécurité sociale.

Pour autant, sur 1,5 milliard d’euros que rapportent les cotisations patronales et salariales à la CNS, il en manquerait 600 millions. «Pour compenser, nous proposons de prendre en charge l’assurance maternité via la Mutualité et de renoncer aux 86 millions d’euros par an que verse l’État à la Mutualité. Au lieu de ça, cet argent irait au financement de la CNS», poursuit Nicolas Henckes. Par tous ces mécanismes, qui restent encore à peaufiner, l’UEL assure parvenir à un coût neutre. Mais pour l’instant, l’idée ne semble enthousiasmer personne parmi les ministres et les syndicats.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Damien L. le 03.03.2016 08:06 Report dénoncer ce commentaire

    ça coûterait pas moins cher de contrôler si il n'y a pas de fraudes??

  • Nous, les pigeons... le 03.03.2016 12:59 Report dénoncer ce commentaire

    Bien sur tous les patrons vont augmenter les salaires bruts... C'est bon cher Monsieur on a déjà vu cela avec l’État et son index des salaires. Pour résumer sur un salaire de 3000 il paye 84€ la CNS et il se plaint??? Mais qu'il aille voir ailleurs chez nos voisins et il verra ce que c'est la pression des charges patronales. A force de se plaindre pour rien cela perd en crédibilité et risquez de tout perdre! Alors de la mesure, d'ailleurs, l'UEL elle défend les intérêts de qui?

  • Vindulux le 03.03.2016 12:31 Report dénoncer ce commentaire

    Les employeurs ne vont pas payer moins, ni plus. Actuellement c'est bien l'entreprise qui paye le salaire net + les cotisations du salariales +les cotisations part patronale. Le coût global pour l'employeur reste neutre. Mais cette simplification permet de rendre les cotisations plus transparentes accompagnées d'une simplification administrative. Trop de salariés ne parlent que du net alors qu'ils perçoivent bien le salaire brut et non aucune idée du montant réel de leurs salaires pour le patron.

Les derniers commentaires

  • John Smith le 04.03.2016 08:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il s'agit ni plus ni moins que d'un démantèlement futur de la couverture maladie universelle et solidaire. C'est à l'opposé de mes convictions et je suis farouchement opposé à cela. Tout le monde doit cotiser, s'il a la chance d'être en bonne santé tant mieux. Mais un jour ou l'autre il aura sans doute besoin de la CNS et de ses prestations, et là il ne devra pas se poser la question de savoir s'il a les moyens de se soigner ou non. Stop à l'égoïsme!!!

  • disversion le 04.03.2016 00:08 Report dénoncer ce commentaire

    quelque soit le milliard d'euro que brasse une telle institution, ils finissent toujours par nous convaincre qu'il en manque quelques millions pour financer on ne sait jamais trop cliarement quoi! Bref toujours nous faire croire que les compte ne peuvent pas clairement être équilibrés...

  • Joao le 03.03.2016 18:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si ça le calcule reste neutre, pourquoi faire un changement???? À mon avis, pourquoi perdre son temps pour rien changer au final. Pas cohérent les propos de UEL

  • vindulux le 03.03.2016 14:26 Report dénoncer ce commentaire

    Cela peut être intéressant pour les salariés. Ils auront par la suite, le choix de cotiser ou pas à la CNS ou de choisir une assurance privée.

    • @Vindulux le 03.03.2016 16:21 Report dénoncer ce commentaire

      La CNS est la Caisse Nationale de la Santé il n'en existe pas d'autres donc pas de choix comme vous semblez le croire.

    • Vindulux le 03.03.2016 18:06 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi ne pourait on pas choisir une assurance privée ou aucune assurance, ou opter pour une protection uniquement pour les grosses dépences médicales de plus de 500 ou 1000 €?

  • Head of Department le 03.03.2016 13:01 Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi ce serait aux patrons de payer les cotisations sociales pour leus employés, pourquoi les salariés ne peuvent-ils pas intervenir au même titre que les indépendants/ patrons. Le problème encore aujourd'hui, malheureusement c'est qu'il y a encore trop d'assistanat.

    • BERKAM JEAN le 06.03.2016 01:05 Report dénoncer ce commentaire

      La liberté de choix d'assurances maladie et retraite est actée dans les 3ièmes directives qui achèvent le marché européen depuis 1992 au nom de la libre circulation de personnes et de la libre prestation de service! 92/49 et 92/96 cee. Donc chaque citoyen de l'UE doit avoir la liberté de choisir toutes ses assurances!